Tous à la ferme !

L’arrivée imminente du printemps donne envie de se mettre au vert ! Le retour des beaux jours, la fête de Pâques et ses œufs… il n’en fallait pas plus pour aller visiter une ferme et étudier ses animaux.

Chaque année, je ne manque pas d’y faire un tour avec mes élèves car ils adorent le contact avec les animaux et sont toujours curieux de leur mode de vie et de reproduction. Et pour préparer cette sortie, j’ai cherché des albums à lire à mes élèves… C’est parti pour un p’tit tour à la ferme !

La littérature de jeunesse regorge de titres pour nous parler de la ferme et de ses animaux domestiques ; ils sont aussi les héros de nombreux contes populaires comme Les trois petits cochons, Le loup et les sept chevreaux. Dans la littérature de jeunesse, les animaux de la ferme représentent souvent notre société et les relations parfois difficiles entre les humains. L’acceptation de l’autre et de sa différence est un thème récurrent. Nos amis les bêtes ne seraient-elles pas si bêtes ?

Chez Mijade, ces petits albums abordent des thèmes essentiels pour étudier la vie à la ferme : Les œufs de Paulette permet d’introduire la différence entre ovipares et vivipares ainsi que les noms des petits des animaux ; Bonjour, Boulette nous enseigne les cris des animaux, et Ça sert à quoi un kangourou ? répond à la question « A quoi servent les animaux de la ferme ? ». Trois albums joliment illustrés qui plaisent beaucoup à mes élèves et nous permettent d’introduire ce thème en découverte du monde.

Je vous ai déjà parlé de la collection A petits petons, chez Didier Jeunesse, que j’apprécie particulièrement pour ces illustrations originales faites de découpages et collages de matériaux divers, ainsi que ces contes très vivants grâce à leur petite ritournelle à redire tous en chœur.

C’est le cas du Petit cochon têtu, un conte de randonnée avec une structure symétrique inversée, que l’on écoutera, représentera par des images puis, une fois l’histoire mémorisée, que l’on redira avec beaucoup de plaisir comme un jeu. La mémorisation est grandement facilitée par cette forme répétitive et symétrique qui satisfait l’esprit. Vous retrouverez mes préparations sur ce conte dans l’article qui lui est consacré : Le petit cochon têtu.

A la ferme, on pourra aussi rire des amours impossibles de ces pauvres animaux qui ressemblent tant à « nos amis les humains »… Pou-poule, la plus jolie et convoitée des poules du poulailler, est amoureuse de son pire ennemi, le renard ; dans Léon et Albertine, Léon le cochon est victime de ses sentiments pour Albertine, une superbe poule dont il ne maîtrise pas les codes ni le langage ; et La souris qui cherche un mari se rend vite compte qu’on ne trouve pas la perle rare sous le sabot d’un cheval, et lorsqu’elle rencontre enfin le prétendant idéal, ils s’aiment… à en mourir !

Chez les bovins, il ne fait pas bon se différencier par un pelage trop original ! Trois albums sur le thème de la différence font passer un message bien utile à nos petits lecteurs et Selma, la drôle de vache nous apprend comment affirmer sa personnalité et aller au bout de ses rêves.

Chez les poules, même discours ! Il faut aussi jouer des ailes pour voir sa valeur reconnue car on s’arrête très vite aux apparences dans le petit monde de la basse-cour où courent les plus basses rumeurs… Poulette Crevette, qui met tant de temps à apprendre à caqueter, et La petite poule noire qui pond des œufs en forme d’étoile en font les frais, jusqu’à ce que toute la « bonne société » finisse par les admirer pour leur différence et la richesse de leur personnalité !

A l’approche de Pâques, ces deux jolis albums plairont beaucoup : les histoires sont charmantes et les illustrations le sont tout autant.

La maison de Pénélope, la poule de Pâques, est en bois et toutes les pages de l’album l’imitent chaleureusement. Ce bel écrin ne suffit pourtant pas à rendre notre Pénélope heureuse car, on s’en douterait à son charmant prénom : Pénélope attend… Elle attend que les enfants viennent la chercher, cachée, trop bien cachée, dans sa jolie maison de bois. Pénélope est une poule en chocolat et, le temps passant, elle dépérit, commence à fondre… et sera finalement initiée à la vraie vie par un rouge-gorge.

Le premier œuf de Pâques est un conte de randonnée qui fait partie des Classiques du Père Castor. Poulette vient de pondre son premier œuf et elle en est si fière qu’elle court le présenter à la « fête aux œufs ». Mais à chaque rencontre, on la décourage, son œuf ne vaut pas la peine d’être montré. N’écoutant que son cœur, elle se précipite et le laisse tomber dans la boue, les feuilles, le sable… si bien qu’arrivé à la fête, tout décoré, il sera élu pour son originalité !

Sur le thème de la vanité du pouvoir, qui rappelle un peu Toi grand et moi petit, mon collègue m’a donné envie de découvrir Louis Ier Roi des moutons et je n’ai pas été déçue ! Je l’ai acheté en grand format cartonné car l’album peut être découvert sans le texte et faire l’objet d’une production d’écrits en dictée à l’adulte : les illustrations sont superbes, parlantes et drôles. Les enfants seront ensuite curieux de découvrir le texte original, succinct mais tout aussi humoristique, et la fin aussi !

On ne présente plus La petite poule rousse, dont j’aime beaucoup la version de Paul Galdone, mais qui est plus connue sous celle de Byron Barton. La grosse faim de P’tit bonhomme est une histoire de randonnée où P’tit Bonhomme, affamé, fait à l’envers le chemin qui mène de la terre au pain. Enfin, Non, je n’ai jamais mangé ça ! tient davantage du documentaire sur la culture du blé, il fait partie de la collection Archimède à L’école des Loisirs.

Voici quelques documentaires sur le thème de la ferme et de ses animaux : la collection Mes premières découvertes Gallimard, avec ses transparents, plaît toujours beaucoup aux enfants de CP, L’imagerie de la ferme chez Fleurus comporte de très belles illustrations et Mes p’tits docs sont toujours sympas à découvrir.

Et je termine par la collection J’apprends à dessiner qui fait partie de mes activités autonomes : je prévois chaque année, dans mes commandes, trois petits cahiers de dessin pour chaque élève et j’ai, en fond de classe, une collection assez conséquente de ces albums par thèmes qui permettent aux enfants de dessiner à l’aide de modèles.

Vous trouverez sur ce blog un article consacré à cette découverte intitulé La sortie à la ferme avec un livret à télécharger.

Une pensée sur “Tous à la ferme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *