L’étude du code à la rentrée en CP

L’étude du code est le domaine où l’on va passer le plus de temps en période 1 du CP, celui où l’on va poser les bases de la lecture, apprendre à « déchiffrer » ou « décoder », comprendre le code alphabétique, savoir le lire et l’écrire. Car l’étude du code est liée à l’écriture : on lit ce qu’on écrit, on écrit ce qu’on lit.

La mise en route du CP repose sur une vision claire de nos objectifs fondamentaux et l’étude du code en fait partie. Voyage vers le monde des « petits signes noirs » que sont les lettres…

Si j’ai choisi le manuel Pilotis à sa parution en 2013, c’est parce qu’il représentait une belle rencontre avec une méthode claire, structurée et dynamique, telle que j’essayais de la pratiquer depuis plusieurs années déjà. D’un côté, l’étude du code basée sur une démarche syllabique et la pratique quotidienne de la combinatoire ; de l’autre, la compréhension d’albums qui apporte la culture nécessaire à une bonne maîtrise de notre langue si belle et complexe.

Mais, comme je le pratiquais déjà dans mes classes de CP, cette compréhension est basée sur la langue orale dans un premier temps, afin que les enfants ne soient pas obligés de mémoriser des phrases ou des textes comme on récite un poème. A partir d’albums lus oralement par l’adulte, on travaillera les stratégies de lecture.

A la rentrée, et tout au long des périodes 1 et 2, c’est donc l’étude du code qui est la base de l’apprentissage de la lecture et je lui réserve le temps nécessaire.

Expliquer notre démarche aux parents

Pour que les enfants apprennent à lire au CP, nous avons besoin des parents et nous devons leur expliquer clairement notre démarche en lecture afin qu’ils aident leur enfant, chaque soir pendant au moins 20 minutes, à relire la leçon du jour. En réunion d’information de la rentrée, je passe le temps qu’il faut à développer cette méthode afin de les rassurer et de répondre à leurs doutes.

Comme je l’explique dans l’article sur Les premières leçons de lecture, les trois premières leçons où l’on étudie les sons [a], [i] et [o] et leurs graphèmes a, i/y, o, ne posent pas de problèmes particuliers puisqu’elles sont souvent une révision des sons voyelles étudiés en GS. On prend alors le temps de revoir ou poser les bases de l’apprentissage de la lecture :

  • Se repérer dans la page du manuel ou du fichier d’exercice (en haut, en bas, à droite, à gauche, sur, sous, au-dessus de, en dessous de,…) ;
  • Intégrer le sens de la lecture et de l’écriture de gauche à droite ;
  • Comprendre les consignes (colorie, entoure, coche, relie, colle,…) ;
  • Dénombrer les syllabes d’un mot et repérer le son étudié parmi ces syllabes ;
  • Repérer rimes et syllabes d’attaque ;
  • Distinguer le nom et le son de la lettre et comprendre que lire n’est pas deviner.

Les enfants vont être rassurés par ces exercices quotidiens car bien des activités leur rappelleront ce qu’ils ont fait en maternelle et leur feront prendre conscience qu’ils savent déjà « plein de choses » !

A partir de la quatrième leçon, où le premier son consonne est étudié, on introduit la « combinatoire », le « B-A BA » mais aussi la mémorisation de quelques mots outils très courants, indispensables à la lecture de petites phrases (le/la, un/une, les/des, dans, , sur, il/elle, il y a, est/c’est). Dès que possible, on apprendra à décoder ces petits mots.

Les parents d’élèves à qui l’on présente la démarche en lecture ont parfois du mal à comprendre pourquoi l’on doit apprendre ces mots « par cœur » (un petit cœur dans le manuel aide les élèves à repérer ces mots), ils trouvent que cela entre en contradiction avec une démarche syllabique où l’enfant doit entrer dans la lecture par le décodage à l’aide des sons appris.

Mais la langue française regorge de ces complexités qui font que tous les mots ne sont pas déchiffrables (est, c’est, les, des, …) avant la fin de l’année car la progression des sons va du plus simple au plus complexe, et que s’il fallait attendre mai-juin pour lire la plupart des phrases, les enfants se démotiveraient rapidement.

Ces petits mots appris par cœur nous aident à lire très vite des phrases et de courts textes chargés de sens, ce qui engage un aller-et-retour entre décodage et compréhension. On constate ce phénomène « d’aller-et-retour » quand les enfants ont plus de mal à déchiffrer les syllabes que les mots ou les phrases, car ces derniers ont un sens et que ce sens aide aussi à lire, tandis que les syllabes ne constituent pas des unités de sens.

Le nouveau guide Pour enseigner la lecture et l’écriture au CP, nous recommande d’éviter d’apprendre trop de mots outils et, en tout cas, d’y revenir pour apprendre à les déchiffrer dès que possible.

La démarche en classe

En période 1, le guide pédagogique Pilotis conseille de consacrer deux jours à l’étude d’un son voyelle et trois jours à l’étude d’un son consonne :

  • Le premier jour est dédié à la correspondance entre le phonème et le graphème où l’on découvre le son, classe des images dans la maison de son, étudie le geste Borel-Maisonny, et s’entraîne à écrire le graphème. C’est aussi, dans le manuel Pilotis, l’occasion de revoir ou d’acquérir un lexique en relation avec le son appris. Ce lexique nous sera ensuite utile pour effectuer tous les exercices de phonologie du cahier d’exercices, mais aussi des exercices de vocabulaire sur la notion de champ sémantique, dans un premier temps. Personnellement, j’ai pu constater à quel point la « maison du son » était utile lorsque nous accueillons des enfants allophones, ou des élèves ayant un tout petit capital de mots. A la maison, les enfants revoient cette maison : ce n’est pas un exercice de lecture en début d’année, mais bien un travail de vocabulaire où l’on essaie, à l’aide de l’illustration, de se rappeler le mot pour la désigner.
  • Le second jour est consacré à la combinatoire où l’on forme les syllabes à l’aide des sons consonnes et voyelles déjà étudiés : on peut manipuler les cartes-sons, faire des dictées de syllabes sur l’ardoise et lire la page de gauche du manuel en commençant par les syllabes.
  • Le troisième jour est celui où l’on peut composer des mots, lire des phrases ou de petites histoires, et découvrir les mots et les phrases de la page de gauche. J’insiste ici davantage sur la mémorisation des mots outils.

Si tout se passe bien, après deux ou trois semaines, les enfants ont à relire :

  • le manuel, page de gauche, le premier jour ;
  • le manuel, page de droite, le deuxième jour ;
  • la fiche de son le troisième jour : sur cette fiche, il n’y a plus les aides des arcs syllabiques pour déchiffrer.

Cette année, j’espère passer plus rapidement sur les premiers sons consonnes en leur consacrant seulement deux jours d’apprentissage afin d’accélérer l’acquisition des sons avant la Toussaint. Mais j’adapterai en fonction de mes élèves quoi qu’il en soit !

Je vous propose maintenant ma fiche de préparation en étude du code pour la période 1. Vous verrez que j’utilise des outils qui viennent compléter Pilotis :

  • 30 phonèmes en 30 chansons, chez Retz pour la découverte du son ;
  • 70 activités pour un apprentissage efficace de la lecture, chez Retz ;
  • La planète des Alphas, chez Récréalire pour aider à la mémorisation de la correspondance lettre-son : je l’utiliserai surtout en APC ;
  • L’abécédaire à construire, chez Maternailes pour repérer et mémoriser les 4 écritures de la lettre.

Tous les autres supports, comme Le mot et l’image, Les cartes-sons, Les nouvelles affiches des sons et Les nouvelles fiches de sons sont disponibles sur mon blog. Cette année, j’ai créé des mots fléchés afin d’aider à mémoriser le vocabulaire des maisons de sons mais ces exercices permettent d’entraîner d’autres compétences : la lecture compréhension de courtes définitions et l’acquisition de l’orthographe lexicale de mots courants avec des lettres muettes notamment.

 

Et, bien sûr, je vous souhaite de bonnes vacances et une agréable rentrée avec vos nouveaux élèves de CP !

30 pensées sur “L’étude du code à la rentrée en CP

  • 30 août 2017 à 12:48
    Permalink

    un grand merci pour ce travail! je débute en CP et ça m’aide beaucoup!! Bonne rentrée!

    Répondre
  • 30 août 2017 à 13:07
    Permalink

    Merci Chat Noir pour tout ce partage !
    Qu’est-ce qui est primordial comme achats dans la méthode Pilotis pour travailler le code ?
    Est-ce que les albums élèves sont nécessaires?

    J’envisage de travailler avec cela en IME avec des élèves de 6 à 12 ans. Il faut que les supports ne soient pas trop enfantins…

    MERCI beaucoup !

    Répondre
    • 30 août 2017 à 15:17
      Permalink

      Pour le code, je pense qu’il faut un manuel par élève et un cahier d’exercices (fichier).
      Je ne pourrais pas te dire si c’est trop enfantin pour des enfants de 12 ans mais les albums, oui certainement.
      Peut-être devras-tu chercher d’autres albums mais le code est indépendant donc c’est possible.

      Répondre
  • 30 août 2017 à 15:57
    Permalink

    Merci beaucoup pour cet article encore une fois! Même si je commence à être habituée aux CP je lis toujours avec intérêt tes articles et réflexions sur la lecture. Merci pour ton partage!

    Répondre
    • 30 août 2017 à 18:21
      Permalink

      Merci Flavie et bonne rentrée !

      Répondre
  • 31 août 2017 à 15:54
    Permalink

    Merci pour cet article. J’utilise Pilotis depuis l’an passé. J’ai beaucoup aimé et j’ai beaucoup utilisé tes documents. Je suis contente que tu m’aides avec cet article à expliquer la lecture aux parents. Ils sont toujours tellement inquiets. 😉
    Super tes nouvelles affiches de sons ! Le signe BM me manquait sur les anciennes. Je les avait rajouté mais ce n’était pas terrible.
    Bonne rentrée à toi.

    Répondre
  • 4 septembre 2017 à 21:55
    Permalink

    Merci beaucoup pour ton tout ton travail. J’ai une classe de GS/CP un jour par semaine et je dois faire la phonologie avec le manuel Pilotis, je découvre la méthode et le niveau. J’ai encore du mal à voir comment je vais m’organiser avec les 2 niveaux pour faire de la phonologie mais tes documents m’aident beaucoup.
    Bonne rentrée

    Répondre
  • 6 septembre 2017 à 12:20
    Permalink

    Bravo ,ton site est une mine d’or !je viens de lire ta préparation pour l’étude du code:peux-tu m’expliquer le jeu de l’ascenseur,la planète des mots bizarres?Merci

    Répondre
    • 6 septembre 2017 à 13:59
      Permalink

      Merci !
      Ces deux activités sont présentées dans le guide du maître Pilotis.
      Le jeu de l’ascenseur se déroule au tableau à l’aide des cartes-sons aimantées. On affiche les sons-voyelles appris les uns sous les autres (par exemple : a, i, y, o), puis un son consonne à gauche des sons voyelles (par exemple : s). On déplace ce son afin de former des syllabes que les enfants lisent (sa, si, sy, so), puis on inverse. On place le son consonne à droite pour lire des syllabes inverses (as, is, ys, os).
      Les mots bizarres de la planète bizarre sont des pseudo-mots pour s’entraîner à déchiffrer : ralu, chalo, arli,…

      Répondre
  • 6 août 2018 à 13:18
    Permalink

    Bonjour,
    Petite question sur ton organisation de 2ème jour. Je vois que tu fais lecture de syllabes, mots et phrases dans la même séance. Lisez-vous tout d’un trait ou découpes-tu ta séance?
    Encore une autre question concernant le graphème. J’ai cru comprendre que tu utilisais la méthode des cahiers MDI. Du coup, tu vois la graphie de plusieurs lettres en même temps?
    Sinon, un énorme merci pour ton partage!

    Répondre
    • 6 août 2018 à 16:14
      Permalink

      Bonjour Karine,
      En fait, j’ai pris l’habitude de lire la série de syllabes le premier jour, j’aurais donc dû le préciser sur ma fiche : je le ferai. Les mots et les phrases sont plutôt lus le deuxième jour en début d’année, mais au fur et à mesure que les élèves sont lecteurs, nous lisons les deux pages du manuel le premier jour et la fiche de son le deuxième.
      Pour l’écriture, je ferai une séance sur le geste d’écriture avec les cahiers MDI le matin, avant ma séance d’étude du code. Puis en étude du code, on s’entraîne à écrire le graphème sur l’ardoise. En fait, j’ai déjà suivi ce fonctionnement avec les cahiers Dumont et cela ne pose aucun problème.
      Mais j’ai des collègues qui préfèrent suivre la progression des sons en écriture : c’est possible mais ça ralentit l’apprentissage de l’écriture des lettres. Alors qu’avec la progression par famille de formes, on a terminé l’apprentissage de toutes les lettres en décembre, ce qui est bien utile pour la production d’écrits notamment.

      Répondre
  • 6 août 2018 à 13:26
    Permalink

    Bonjour Chat Noir!
    Nouvelle école et un niveau que je n’ai jamais pratiqué à la rentrée…le CP qui me faisait si peur mais le challenge m’a motivée!! et je tombe sur ton site en commençant mes recherches..super!Merci pour tout ce que tu partages et je n’hésiterai pas à laisser mes petits commentaires!Bonne préparation de rentrée et bonnes vacances aussi.

    Répondre
  • 6 août 2018 à 19:12
    Permalink

    Bonsoir,
    Tout d’abord merci pour tout ce que vous partagez.
    Lorsque vous travaillez sur les voyelles, comment organisez vous les devoirs du soir en 2jours?
    Donnez les 2pages du manuel le premier jour et la fiche son le lendemain? Abandonnez-vous la page de gauche?

    Répondre
    • 6 août 2018 à 19:28
      Permalink

      Bonsoir,
      Sur les voyelles, on lit les deux pages du manuel le premier jour car il n’y a pas énormément à lire sur la page de droite en période 1, et la fiche du son le deuxième jour. Si vous craignez que vos élèves n’aient trop à lire, vous pouvez ne leur donner que le manuel à lire en deux jours comme indiqué dans le guide du maître.

      Répondre
  • 6 août 2018 à 21:56
    Permalink

    Bonjour Chat noir !
    Je suis ton blog depuis 5 maintenant, date à laquelle j’ai pris pour la première fois une classe de CP. Grâce à tes articles j’ai pu aborder ce niveau un peu plus sereinement et trouver des réponses à de nombreuses questions que je me posais concernant l’apprentissage de la lecture et j’en profite pour te remercier pour tout ce partage. J’aimerais beaucoup avoir ton avis ainsi que ceux de tes fidèles lecteurs sur le guide pour enseigner la lecture et l’écriture au cp publié par le ministère.

    Répondre
  • 7 août 2018 à 09:34
    Permalink

    Bonjour,
    merci pour ton site et toutes tes explications. Je serais T2 à la rentrée et je vais avoir un CP/CE1, bref un gros stress pour moi. Avec mes autres collègues de cp on a choisi de prendre Piloti donc autant te dire que ton site est une grande aide pour moi.
    J’ai toutefois une question, j’ai lu les recommandations du gouvernement sur l’apprentissage de la lecture au cp, et ils préconisent l’entrée par le graphème, or cette méthode parle de la maison du son et on part d’une comptine et de discrimination auditive, est ce compatible?
    merci encore

    Répondre
    • 7 août 2018 à 10:02
      Permalink

      Bonjour,
      Il y a beaucoup d’interrogations à ce sujet. Mon interprétation est la suivante : phonèmes et graphèmes s’apprennent simultanément. Une entrée par le phonème au début de la leçon est donc toujours utile, voire indispensable.
      Je pense que les textes officiels veulent mettre en évidence une progression qui débute par les graphèmes simples et se poursuit par les graphèmes complexes.
      Ce qui veut dire qu’en étudiant le son [o] en début d’année, on ne présentera que le graphème o, et plus tard dans l’année les graphèmes au/eau ; ou qu’en étudiant le son [e] en septembre, on présentera la lettre e, puis plus tard les graphèmes eu/oeu.

      Répondre
  • 7 août 2018 à 16:24
    Permalink

    Bonjour,

    Je prends les rennes d’un GS-CP à la rentrée et je dois dire que ton site est une vraie mine d’or pour moi! ça rassure énormément 😉
    Je voulais savoir si le coffret pilotis est indispensable ou pas car son prix est conséquent. Dans le guide pédagogique, il nous donne des numéros d’image mais on ne sait pas à quoi ils correspondent…pas facile donc de faire sa propre maison des sons.
    Merci pour ta réponse et encore bravo pour tout ce partage.

    Répondre
    • 7 août 2018 à 16:38
      Permalink

      Bonjour,
      Oui, il est indispensable puisque ces images numérotées sont celles contenues dans le coffret.

      Répondre
  • 9 août 2018 à 17:45
    Permalink

    Merci pour ce partage… Maitresse en Ulis je vais suivre la méthode au rythme de mes élèves et le fait d’avoir l’année à l’avance me permettra d’avancer plus ou moins vite selon les difficultés et les réussites de mes élèves!
    Je vais maintenant tenter de trouver comme utiliser mon tout nouveau TBI avec Pilotis!
    Si tu as des ressources, je prends!

    Répondre
    • 10 août 2018 à 09:04
      Permalink

      Bonjour Claire,
      Je te conseille d’utiliser ton TBI pour construire la maison des sons grâce aux images du coffret. Des collègues l’ont déjà fait, moi aussi, et c’est vraiment très pratique, et bien sûr les enfants adorent !

      Répondre
  • 15 août 2018 à 15:24
    Permalink

    Bonjour,

    un petit message juste de remercier pour ton fabuleux travail. C’est si clair, et si bien détaillé!
    Après 12 ans comme TRS, j’ai enfin ma classe GS/CP. Légèrement stressée 😉
    Ton blog va me faciliter grandement la tâche, et me rassure sur certains choix que j’ai fait.
    Bonne continuation pour les vacances.

    Répondre
  • 15 août 2018 à 16:34
    Permalink

    Bonjour Chat noir,
    C’est une nouvelle aventure qui démarre pour ma collègue et moi, puisque nous avons décidé, après multiples décorticages des autres méthodes, d’utiliser Pilotis. Il faut dire que, de part ton expérience et tes réflexions sur la lecture, tu nous a donné envie !
    Les élèves auront chacun le manuel et le fichier code. Nous n’avons pris qu’un exemplaire du fichier lecture pour nous en inspirer car nous ne sommes pas sûres d’utiliser tous les albums qui vont avec. Quelques petites questions sur la lecture de phrases et petits textes en rapport avec les albums, est ce que tu prépares des tapuscrits pour chaque texte/album ? Tu les ranges dans un portevue pour qu’ils puissent les relire à la maison ?
    De notre côté nous avons acheté des portevues pour mettre les textes au fur et à mesure des lectures suivies. Puis lorsque l’album sera lu nous ferons passer les 5 exemplaires ( faute de budget) dans chaque famille.
    Merci pour tes conseils !
    Bon courage pour la préparation du matériel et de la classe avant le jour-j .

    Répondre
    • 15 août 2018 à 17:44
      Permalink

      Bonjour Kanou, j’insère généralement le texte à étudier dans mes fiches exercices. Tu peux aller voir un exemple dans l’article consacré à l’album Noël chez Papy Loup.
      L’année dernière, toutes ces fiches étaient collées dans un grand cahier. Mais cette année, j’ai aussi choisi le porte-vues pour la lecture compréhension. Votre idée de faire passer les albums dans les familles est très bonne ! 😉

      Répondre
  • 15 août 2018 à 16:42
    Permalink

    Encore moi ! J’ai oublié de te poser une question quant à l’usage du Tbi. Tu utilises quel logiciel pour préparer tes seances ? J’en ai un depuis plusieurs années que je maîtrise assez bien avec Notebook mais je peux aussi installer un autre programme si tu en connais un de plus pratique. Peu de collègues utilisent Notebook et j’ai donc du mal à partager ce que je prépare. Je suis donc partante à en utiliser un autre pour pouvoir échanger. ..

    Répondre
    • 15 août 2018 à 17:47
      Permalink

      J’ai un VPI et j’utilise Activinspire que je trouve simple et pratique d’utilisation. Tu peux m’écrire à Contact pour plus de détails sur les maisons de sons avec Activinspire.

      Répondre
  • 22 août 2018 à 11:55
    Permalink

    Bonjour Chat noir,
    Je suis ce que tu fais avec beaucoup d’intérêt et d’admiration. Je suis admirative de tout le travail que tu fais et que tu mets à disposition. Je suis T1 et je vais avoir des CP à la rentrée (o)
    Nous utilisons les docs pour 2 classes pour la partie phonologie, pas de manuel ou de fichier exercice par élève, donc des photocopies… J’ai lu dans un de tes articles que tu passais à 2 jours pour les consonnes en P1. Aurais-tu par hasard tes fiches de séances sur 2 jours? Je m’arrache les cheveux pour savoir comment faire mes séances, le temps à y consacrer, les exercices à leur faire faire (tu proposes beaucoup de choses intéressantes). J’ai vu aussi que tu parlais de la fabrique des mots avec les lettres mobiles, peux-tu expliquer en quoi cela consiste? Est-ce que cela a un lien avec les cartes sons? Cela peut-il être remplacé par les mots fléchés que tu nous as proposé? Quels exercices de différenciation donnes-tu lors des phases d’entraînement (surtout en début d’année)?
    Pour l’écriture des sons, tu le fais essentiellement sur ardoise et pas dans le cahier du jour? (je prévois de faire l’écriture dans le cahier du jour avec la progression de Laurence Pierson). Désolée pour toutes ces questions mais je suis un peu en mode panique. Encore une : pour les leçons à la maison, donnes-tu des mots à apprendre et lesquelles, mots outils, mots repère ou mots liés aux lecture des albums? Merci d’avance!!

    Répondre
    • 22 août 2018 à 14:14
      Permalink

      Bonjour, je vais essayer de répondre à toutes tes questions mais s’il te manque des infos, n’hésite pas à m’écrire à Contact, je compléterai !
      1) J’ai lu dans un de tes articles que tu passais à 2 jours pour les consonnes en P1. Aurais-tu par hasard tes fiches de séances sur 2 jours ?
      Non, je n’ai pas modifié mes fiches de prep. Je compte travailler la maison du son et la combinatoire (les syllabes) le jour 1 ; la lecture des mots et des phrases, le jour 2. Pour les deux séances, je suis la plupart des propositions du guide du maître, mais pas toutes.
      2) J’ai vu aussi que tu parlais de la fabrique des mots avec les lettres mobiles, peux-tu expliquer en quoi cela consiste? Est-ce que cela a un lien avec les cartes sons ? Cela peut-il être remplacé par les mots fléchés que tu nous as proposé ?
      La fabrique des mots est un jeu à l’aide des cartes sons aimantées au tableau : je distribue une carte à chaque élève, puis je dicte un mot et les élèves concernés viennent au tableau afficher leur graphème et recomposer le mot dans l’ordre. Mais on ne peut le faire qu’en période 3 ou 4, il faut avoir appris autant de graphèmes qu’il y a d’élèves !
      Rien à voir avec les mots fléchés ou le mot et l’image, des exercices qui peuvent être proposés individuellement dès la période 1.
      3) Quels exercices de différenciation donnes-tu lors des phases d’entraînement (surtout en début d’année) ?
      Je photocopie un livret d’autonomie avec des fiches comme celles qui sont sur le blog dans l’article : https://leblogdechatnoir.fr/exercices-de-lecture-cp/
      A partir de la période 2 (fin de période 1), je propose les mots fléchés ou Le mot et l’image.
      4) Pour l’écriture des sons, tu le fais essentiellement sur ardoise et pas dans le cahier du jour ?
      Oui, en début d’année, les dictées de sons puis de syllabes puis de mots à encoder se font tous les matins sur l’ardoise ; puis une fois par semaine dans le cahier.
      5) Encore une : pour les leçons à la maison, donnes-tu des mots à apprendre et lesquelles, mots outils, mots repère ou mots liés aux lecture des albums ?
      Jusqu’à présent, je distribuais le « trésor des mots » que tu trouveras ici : https://leblogdechatnoir.fr/le-nouveau-tresor-des-mots/
      Il est composé d’une liste de mots courants issue du Répertoire orthographique du Scéren, niveau CP.
      Mais cette année, je préfère axer le travail sur les mots outils du manuel, à l’écrit comme à l’oral, et y passer plus de temps pour qu’ils soient bien sus en fin de CP. Ce matin, je viens de publier un article à ce sujet : https://leblogdechatnoir.fr/apprendre-les-mots-outils/
      Bonne préparation de la rentrée et n’hésite pas à m’écrire si besoin ! 😉

      Répondre
  • 13 septembre 2018 à 21:07
    Permalink

    Bonsoir, bravo et merci pour ce fabuleux travail qui m’est très précieux!!! Je « débute » au CP après avoir été PDMQDC. J’ai une petite question concernant le code. Je suis actuellement une formation « CP dédoublés » et il est désormais préconisé d’entrer par le graphème et non plus par le phonème!! Alors ça complique un peu l’organisation de notre déroulement avec PILOTIS. Qu’en pensez-vous? Avez-vous changé votre façon de faire suite à ces préconisations?

    Répondre
    • 14 septembre 2018 à 20:45
      Permalink

      Bonjour Marina,
      Si vous êtes en formation, ce serait intéressant de poser la question : qu’entend-on exactement par « entrée par le graphème » ? Et si vous avez la réponse, je suis preneuse !…
      De mon côté, je comprends par cette préconisation, qu’il faut une progression en étude du code par graphèmes : donc on n’étudie plus le son [o] o-au-eau dans une même leçon, ou le son [e] é-er-ez, par exemple. Mais on étudie o, puis plus tard au, eau.
      Mais je ne vois pas comment on peut éviter de faire de la phonologie, des exercices d’écoute, pour apprendre le code.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.