En 2019, j’ai commandé ce fichier de la collection Stratèges, aux éditions Retz, pour la Résolution de problèmes mathématiques. Le niveau 1 de cette collection correspond au CP-CE1.

Je n’avais pas encore mis en oeuvre la démarche de ce manuel, mais depuis début janvier, c’est chose faite et je partage aujourd’hui avec vous mon approche de cette méthode que j’utilise en rituel quotidien.

Dans l’article sur Mes manuels 2019-2020, je vous parle de mes choix en maths et notamment pour le fichier Picbille auquel je suis fidèle depuis des années.

La méthode de Rémi Brissiaud s’avère toujours aussi efficace dans le domaine du nombre et du calcul, et j’observe, les années passant, que le fait d’avoir beaucoup d’expérience avec cette méthode est un vrai plus ! Il est nécessaire de vraiment maîtriser la démarche pour faire progresser les enfants, notamment au deuxième trimestre. On sait où les difficultés vont se présenter pour nos élèves les plus fragiles, on peut mieux anticiper et approcher une nouvelle notion. Sinon, je vous conseille la lecture du livre Apprendre à calculer à l’école de Rémi Brissiaud.

Parmi ces observations faites en 2019, j’avais constaté des difficultés en résolution de problèmes. Il est vrai que le fichier permet de s’entraîner sur les pages Ateliers de résolution de problèmes, qui proposent des situations variées et adaptées aux notions acquises en calcul. Mais selon moi, seul un rituel quotidien, répété, structuré et organisé, avec une démarche explicite exposant des méthodes de résolution, permet de catégoriser les problèmes, les comprendre et les résoudre.

Le manuel Résolution de problèmes mathématiques, niveau 1, comporte 17 chapitres. Il propose un « enseignement progressif et structuré de stratégies efficaces pour faire réussir tous les élèves ». Cette progressivité est construite à partir d’une pratique quotidienne, d’où l’idée de rituel instauré dans ma classe, introduisant chaque séance de maths depuis janvier. J’ai attendu, pour commencer, que mes élèves maîtrisent tous le calcul de l’addition et de la soustraction jusqu’à 10.

Les problèmes relèvent de différentes stratégies : transformation d’états (« Une histoire où il se passe quelque chose »), composition d’états (« Une histoire où il ne se passe rien »), comparaison d’états, compositions de transformations. Une stratégie est représentée par un schéma qui soutient l’explicitation orale du problème.

Deux schémas pour résoudre les problèmes

Chaque problème permet la mise en oeuvre de six compétences :

  • la catégorisation des énoncés
  • la structuration logique du problème
  • la relation entre les nombres
  • la modélisation d’une situation
  • le calcul sur les grandeurs
  • la production de réponses construites à l’oral et à l’écrit

Je propose chaque jour deux problèmes à mes élèves. Nous découvrons ensemble l’énoncé par une lecture collective. Un enfant reformule l’énoncé à sa manière, on relève ensuite les données essentielles de l’énoncé. Chaque enfant choisit ensuite un schéma et on compare les schémas choisis. Il est possible de travailler en binômes pour permettre la discussion. Les données de l’énoncé sont ensuite écrites dans le schéma et le calcul suit. Puis je demande à mes élèves de rédiger une phrase réponse à l’aide des mots se trouvant dans la question.

Je travaille avec des paperboards Activinspire pour résoudre ces problèmes. Et mes élèves effectuent les problèmes sur leur ardoise, cela évite un très grand nombre de photocopies. Même si, de ce fait, les parents ne voient pas tout le travail effectué chaque jour dans ce domaine, mais j’ai eu récemment l’occasion d’en discuter avec eux.

Corrigés de deux problèmes à l’aide du schéma

Le fichier Retz comporte un CD-Rom qui contient toutes les fiches élèves et leurs corrigés.

Le fichier Picbille doit également être complété dans le domaine de l’espace et de la géométrie, et je vous présenterai prochainement un autre rituel que je mets en place en périodes 4 et 5 dans ce domaine.

Résolution de problèmes
Étiqueté avec :            

20 avis sur « Résolution de problèmes »

  • 21 janvier 2020 à 17:21
    Permalien

    Merci pour ce retour. J’ai investi dans ce fichier mais il y a très peu d’explications quant à la mise en oeuvre en classe. Je l’ai donc mis de côté pour l’instant. Ton retour est très intéressant. Je pensais mettre un créneau de résolutions problèmes, mais je ne voyais pas où le caser. Le ritualiser me semble très pertinent.

    Répondre
    • 21 janvier 2020 à 19:03
      Permalien

      Merci Fluffy ! Oui, un ou deux problèmes par jour, au début de la séance de maths, c’est parfait. J’ai déjà pu constater l’efficacité de la démarche !

      Répondre
    • 6 février 2020 à 16:33
      Permalien

      Il y a des explication très intéressantes et complémentaires sur le site de l’Ifé (université de Lyon), qui concernent davantage la mise en oeuvre.

      Répondre
  • 22 janvier 2020 à 13:53
    Permalien

    Bonjour Chat Noir,
    Au sein de notre circonscription et de notre académie : Rennes, il y a une groupe ACE qui fait un travail du même genre avec des séances détaillées. Dans le cadre du plan Villani nous travaillons à partir de ce qu’´il propose
    .
    Je t’encourage à faire un tour sur leur blog. Il suffit de taper blog ACE sur internet. C’est riche et intéressant.
    Bonne journée
    Ast

    Répondre
    • 22 janvier 2020 à 14:00
      Permalien

      Merci beaucoup pour cette information ! Je ne connaissais pas ce groupe de recherche et je vais découvrir leur travail avec intérêt.

      Répondre
  • 22 janvier 2020 à 16:39
    Permalien

    Bonjour,
    J’ai un CP/CE1, l’an dernier j’ai fait des « infidélités » à Picbille pour m’investir dans MHM … que j’ai vite repris cette année car je suis du meme avis que toi, au niveau calcul mental et conceptualisation de la connaissance du nombres, il n’y a pas mieux… Cela se ressent sur mes CE1 (que j’avais en CP l’an dernier): ils adorent les jeux maths mais arrivent moins à se passer de la manipulation… et les problèmes, dur dur pour la majorité… J’ai donc cherché comment les aider et y remédier : j’utilise quotidiennement le meme support que toi depuis septembre pour mes CE1 et je vois vraiment les progrès ! Eux qui ne sont pas « mathématiciens », cela les a vraiment aidé d’avoir cette démarche guidée pour « traduire » le problème (le schéma)… (ou alors c’est parce que moi j’en suis convaincue) Je compte, comme toi, commencer avec mes CP à cette période (après les evals CP quoi) pour ritualiser et augmenter la pratique de la résolution de problèmes par rapport au fichier de Picbille.
    Merci de partager ce que tu utilises, c’est enrichissant quand on est dans 1 RPI comme moi…

    Répondre
    • 22 janvier 2020 à 17:56
      Permalien

      Ayant commencé début janvier ce rituel quotidien, j’ai vu que des élèves s’étaient servi du schéma pour la résolution de problèmes des évaluations nationales ! 😉

      Répondre
    • 25 janvier 2020 à 09:57
      Permalien

      Bonjour,
      Je t’invite à regarder cette vidéo « La manipulation en maths : vous en pensez quoi ? » : https://www.cahiers-pedagogiques.com/La-manipulation-en-maths-oui-ou-non-Vous-en-pensez-quoi
      Pour moi, Picbille répond tout à fait à cette idée selon laquelle la manipulation doit être bloquée pour laisser place à la représentation mathématique. Les boîtes de dix, par exemple, peuvent servir à valider un calcul : on revient vers le matériel après avoir fait des maths, pour vérifier son calcul.

      Répondre
  • 25 janvier 2020 à 00:10
    Permalien

    En rdv de carrière mon inspectrice a rappelé que c’était la priorité nationale et qu’il fallait faire une dizaine de problèmes par semaine, soit 2-3 par jour! Je suis loin du compte. Ce fichier semble donc très pertinent.
    Ce rituel te prend combien de temps selon toi ? parce que 15 min de calcul mental , si en plus on rajoute la résolution de pblm , combien de temps pour la « vraie » séance ? Mais je suis bien convaincue de l’intérêt de la ritualisation , je le faisais d’ailleurs quand j’étais en cycle 3.

    Répondre
    • 25 janvier 2020 à 09:08
      Permalien

      Bonjour Elise,
      A vrai dire, je n’ai pas chronométré le temps passé à ces résolutions de problèmes. La mise en place est rapide : on sort l’ardoise et je projette le premier problème. J’en suis au chapitre 2, les élèves sont assez rapides à répondre. Pour le moment, la correction est collective parce que je n’ai pas repéré de grandes difficultés. Ensuite, je pense que je devrai procéder autrement si des difficultés plus importantes se présentent dans ma classe. Donc, je dirais que j’y passe une dizaine de minutes chaque jour et puis j’ai largement le temps de mettre en place la séance avec Picbille, calcul mental compris.

      Répondre
  • 1 février 2020 à 16:12
    Permalien

    Merci pour ce nouvel ajout ! Très intéressant effectivement de résoudre les problèmes en rituels sachant que l’on travaille sur des énoncés courts. Les schémas de résolution semblent clairs et accessibles aux élèves. Tu as bien raison de le faire à l’ardoise. Ce qui est important est qu’ils cherchent et progressent pas qu’ils aient des tonnes de fiches.
    Je ne partage pas du tout ton engouement pour Picbille, plus je pratiquais moins j’aimais, cela dit je ne suis pas une spécialiste des mathématiques.
    Je trouve vraiment l’approche de MHM intéressante, ce n’est que ma première année donc il m’en faudra plusieurs pour tout maitriser. Je note cependant une nette amélioration de la compréhension du nombre chez mes élèves. De plus ils sont très emballés et je n’ai plus jamais d’enfants qui soufflent ou se lamentent quand je dis « allez c’est l’heure des maths ! ». Il m’a fallu investir pas mal pour compléter le matériel que j’avais déjà. Mais cela me semble pour l’instant vraiment payant.

    Répondre
  • 15 février 2020 à 17:12
    Permalien

    Bonjour,

    Je fais partie au sein de ma circonscription d’un groupe de travail Maths dans le cadre du plan Villani et nous avons depuis l’année dernière travaillé sur la résolution de problème notamment en s’appuyant sur le travail réalisé par l’auteur de ce livre Kevin Gueguen.
    C’est donc la deuxième année que j’utilise cette démarche dans ma classe de CP, je travaille avec ma collègue d’ULIS. Nous avons beaucoup aimé l’approche et la schématisation proposée. Résultat nous trouvons que les élèves même les plus fragiles s’impliquent dans la résolution de problème.
    Nous avons des élèves en grande difficulté et nous avons beaucoup travaillé en manipulation en agrandissant les schémas en format A3 afin que les élèves puissent déposer des jetons ou cubes pour résoudre le problème. L’important est de bien les faire verbaliser.
    Nous travaillons aussi comme toi sur ardoise avant de passer sur le fichier ou nous selectionnons quelques pages pour avoir une trace. Au sein des fichiers, il y a comme tu as pu le constater des pages avec des situations de partage ou de regroupement, elles sont très intéressantes pour que les élèves ne s’enferment pas dans un schéma type mais aient une réflexion mathématique, ils doivent s’organiser autrement pour résoudre le problème.
    Si tu vas sur le site de l’IFE de Lyon, Kévin Gueguen a expliqué sa démarche dans un livre de 400 pages qui est téléchargeable en PDF, il y a notamment une programmation intéressante du CP et CM2 et des explications pour savoir comment débuter en classe.
    Nous avons réussi à motiver les collègues de notre école cycle 2 et cycle 3 pour qu’elles utilisent la démarche, on espère ainsi pouvoir mesurer les effets dans quelques années.
    Nous faisons cela 1 heure par semaine car on décloisonne pour pouvoir travailler en groupe de niveaux.

    Répondre
    • 15 février 2020 à 17:59
      Permalien

      Merci Mélanie, pour ce partage très intéressant ! Je garde ton idée d’agrandir les schémas en A3 pour y placer des jetons. Et j’irai aussi sur le site de l’IFE de Lyon, plusieurs visiteurs m’en ont déjà parlé.

      Répondre
  • 30 avril 2020 à 21:44
    Permalien

    Génial merci beaucoup pour votre aide, je vais pouvoir m’en sortir avec mon fils qui galère un peu en ce moment !

    Répondre
  • 26 août 2020 à 20:24
    Permalien

    Bonjour et merci pour ce merveilleux blog!
    Je débute en cp-ce1 et j’ai une simple question: vous pratiquer avec les deux niveaux les m^mes problèmes?
    Merci d’avance
    Julie

    Répondre
    • 26 août 2020 à 21:42
      Permalien

      Bonjour,
      J’ai un CP et mes élèves font les mêmes problèmes, oui. Les aides peuvent être variables et le temps donné pour la résolution aussi.

      Répondre
      • 27 août 2020 à 08:15
        Permalien

        D’accord, je me lance alors! Merci beaucoup!

        Répondre
  • 7 octobre 2020 à 22:19
    Permalien

    Je cherche un nouvel outil pour travailler davantage la résolution de problèmes. J’ai donc quelques questions sur la collection « stratèges ».
    J’ai peur que ça ne soit qu’un fichier compilant pleins de problèmes et dans ce cas ça ne m’interesse pas puisque j’utilise les mini-fichiers MHM. Par contre si il y a une aide explicite pour résoudre un problème, je m’empresse de l’acheter !
    Le niveau 1 est-il bien adapté pour les CE 1 aussi ? (j’ai un double niveau CP / CE 1)
    Les schémas que vous montrez en photo en haut de page sont-ils ceux du livre ou c’est vous qui les avez créés ? Du coup, existe-t-il des schémas pour tous les types de problèmes ?
    Merci d’avance pour vos réponses

    Répondre
    • 8 octobre 2020 à 07:08
      Permalien

      Dans ce fichier, on propose un schéma par type de problème et de nombreux problèmes à chaque niveau. Tu peux consulter les premières pages sur le site Retz.
      Mais pour en savoir plus, je t’invite à contacter l’éditeur ou un représentant. Personnellement, j’apprécie beaucoup ce support pour ma classe, mais je ne sais pas s’il te conviendra.

      Répondre

Répondre à Marie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

shares