Les nouveautés 2018

Les nouveaux catalogues des éditeurs scolaires sont arrivés dans nos écoles, et les spécimens aussi ! Si, comme moi, vous adorez ce moment de découverte, vous comprendrez pourquoi j’ai eu envie de partager avec vous mes plus belles trouvailles 2018…

Parmi les manuels de lecture, il y a eu quelques rééditions comme le nouveau Grand Large, Belin ou Mona et ses amis CP, Magnard. Mais ce sont surtout les nouveautés qui m’ont intéressée !

J’apprends à lire avec Noisette CP

J’apprends à lire avec Noisette est un manuel de lecture syllabique, accompagné de 2 cahiers d’exercices, un guide pédagogique et un CD audio. L’auteure Isabelle Rullion Savy a travaillé sous la direction d’Alain Bentolila qui a également dirigé les collections Gafi le fantôme puis Un monde à lire.

Dans ce nouveau manuel, on retrouve la lecture offerte par l’adulte de textes longs au départ de chaque séquence : deux enfants et un écureuil franchissent les portes de cinq univers différents pour découvrir chaque fois une nouvelle aventure extraordinaire. Les univers littéraires retenus sont : le quotidien, le conte, l’humour, l’explicatif, le voyage dans le temps.

Pour chaque histoire, un arbre à mots est proposé. Il permet un travail spécifique de vocabulaire et notamment de classement sémantique. Sur l’affiche, on part d’un mot à la racine de l’arbre : ce mot a un rapport avec l’histoire lue. Puis on remonte vers une collection d’autres mots ayant tous un rapport lexical avec le premier. Avant de découvrir l’arbre à mots, la classe aura cherché à le construire en partant du mot donné, un peu à la manière de Vocanet et de son « grand déballage » qui part du mot et de ce qui est déjà connu de l’enfant.

Dans le manuel, l’histoire est reprise sous forme de résumé à écouter puis de phrases déchiffrables, le tout illustré sur la page de gauche. La page de droite est consacrée à l’étude du code et à l’étude de la langue : écouter les sons, lire les syllabes, les pseudo-mots, les mots, les phrases/le texte, retenir un mot outil, manipuler des mots pour construire des phrases. Cette page est construite de façon à aller du plus simple au plus complexe, du son à la phrase, comme c’est le cas dans la plupart des manuels de lecture actuellement.

J’aime…

L’idée de suivre la lecture d’aventures extraordinaires tout au long de l’année pour ensuite déchiffrer un court texte en rapport à cette lecture. Outre le fait qu’évidemment cela donne du sens aux apprentissages, la lecture quotidienne de textes longs apportent du vocabulaire, une culture littéraire, une meilleure compréhension orale de la langue et des compétences de futurs lecteurs qui ne sont plus à démontrer.

Cette idée me rappelle beaucoup le manuel Bulle édité chez Bordas en 2008, basé sur un roman épistolaire de Marie-Aude Murail. Bulle CP n’a pas attendu les nouveaux programmes de 2016 pour être tout à fait conforme à ceux-ci, puisque les textes actuels préconisent de distinguer l’étude du code sur des textes courts et déchiffrables, et la lecture compréhension sur des textes plus longs, lus par l’adulte.

Mais…

Je n’ai eu en main que le cahier d’exercices 1 et celui-ci ne m’a pas vraiment convaincue. S’il fallait choisir, je préfère celui du manuel Bulle, que je trouve plus complet et qui propose davantage d’écrit dans le cadre de l’étude du code.

L’expression écrite en fin de séance me paraît difficile à mettre en oeuvre, à moins qu’elle ne le soit en « dictée à l’adulte » et collectivement.

Deux nouveaux fichiers de code en CP

Cette année, les fichiers de code ont la cote, pardon pour le mauvais jeu de mots ! Certainement parce que les nouveaux programmes mettent en avant l’étude du code, comme on peut le lire ici :

La compréhension est la finalité de toutes les lectures. Dans la diversité des situations de lecture, les élèves sont conduits à identifier les buts qu’ils poursuivent et les processus à mettre en œuvre. {…} Au CP, est dispensé un enseignement systématique et structuré du code graphophonologique et de la combinatoire en ménageant tout le temps nécessaire aux entraînements pour tous les élèves. Ce travail est associé à des activités d’écriture : encodage pour utiliser les acquis et copie travaillée pour favoriser la mémorisation orthographique. La compréhension des textes est exercée comme en GS sur des textes lus par l’adulte qui sont différents des textes que les élèves apprennent par ailleurs à découvrir en autonomie et à comprendre. Elle est aussi exercée à l’occasion de la découverte guidée, puis autonome, de textes dont le contenu est plus simple. La lecture à voix haute ne concerne à ce niveau que de très courts textes.

Code alphabétique est un fichier consommable qui propose une année complète en étude du code au CP, avec une progression des sons du plus simple au plus complexe.

Il ne comporte pas de textes de lecture mais 4 pages consacrées à chaque son avec une construction de séance répétitive et efficace : conscience phonologique, découverte du principe alphabétique, combinatoire, lecture/écriture. On part de l’observation d’une grande image où l’on cherche des mots en fonction du son étudié (« J’entends »), puis on repère le graphème (« Je vois »), on combine (« J’assemble ») et on termine par une séance de lecture/écriture (« Je lis, j’écris »).

D’emblée, j’ai été séduite par le format du fichier consommable pour l’étude du code. Séparer l’étude du code de la lecture compréhension permet une grande liberté dans le choix des albums. Un fichier consommable permet aussi de ne pas dépenser des sommes considérables pour investir dans un manuel.

Mais à y regarder de plus près, je trouve que ce fichier a les défauts de ses qualités… Il mêle lecture de syllabes et de mots et exercices écrits, ce qui au final laisse peu de place à l’écrit.

J’imagine mes élèves sur une page de ce fichier et je me dis qu’en 3 minutes, ils auront terminé et qu’ensuite, je devrais compléter avec beaucoup d’écrits mais après tout, pourquoi pas ? Je pourrais ajouter des exercices comme Le mot et l’image ou les mots fléchés et surtout, cela me laisserait plus de temps pour écrire dans le cahier du jour !

J’aime…

La progression des sons du plus simple au plus complexe, avec une seule leçon par phonème, ce qui permet d’avancer plus vite en étude du code.

Le format du fichier consommable, mais aussi la différenciation en bas de chaque page qui rend l’élève acteur de ses apprentissages.

Mais…

Il y a vraiment peu d’écrit dans chaque page et si l’on attend d’un fichier qu’il nous fournisse toute la base écrite du code, on sera déçu. Par contre, si l’on souhaite compléter de façon diversifiée la partie écrite par des fiches personnelles et un travail quotidien dans le cahier, on sera comblé !

Un second fichier de code est paru en février chez Magnard dans la collection Les nouveaux outils pour le français, il s’agit d’un Fichier d’apprentissage du code que je trouve très intéressant.

Divisé en 5 unités sur l’année, qui correspondent aux 5 périodes, il couvre toute la programmation en étude du code et en étude de la langue au CP, avec 8 leçons de code, 1 leçon de vocabulaire, une leçon de grammaire (le genre, le nombre, la phrase, le verbe, les pronoms, l’accord du verbe avec le sujet) et deux séances de révisions par unité.

La progression des sons part du plus simple en début d’année (un son/une lettre) puis tous les graphèmes d’un même son sont étudiés en même temps, dès l’unité 2 : f-ph, é-er, in-im,… Les exercices proposés me paraissent assez simples, avec peu d’écrit jusqu’à l’unité 3, des autocollants sont prévus en fin de fichier pour alléger l’écrit si besoin.

Sur la double page consacrée à un son, on trouve tout d’abord des exercices de discrimination auditive puis visuelle, puis des manipulations syllabiques (écrire un mot grâce aux syllabes données, compléter un mot,…). On évolue ensuite vers des exercices de lecture de phrases à compléter. Pour terminer, une petite production d’écrit est proposée à partir d’un ou plusieurs dessins : écrire un mot en début d’année, une phrase ensuite.

Je trouve ce fichier bien construit et complet dans l’ensemble, et je suis assez curieuse de découvrir le guide pédagogique ainsi que les outils complémentaires qu’il contient. Par contre, le prix du fichier est assez élevé : 11,50 € tandis que le fichier Bordas  est à 6,95 €.

Les nouveaux albums Taoki

Pour compléter le nouveau manuel Taoki à partir de la période 3, Istra édite 3 nouveaux albums dont les héros sont bien connus des élèves qui apprennent à lire avec ce manuel de lecture syllabique.

Le premier album intitulé Taoki fait de la cuisine a été écrit par Corinne Albaut, auteur de poèmes et de comptines, et il est entièrement déchiffrable à partir du mois de février.

J’ai reçu cet album et je l’ai découvert avec plaisir : il comporte un sommaire et 5 chapitres qui permettent de développer le thème de la cuisine et des recettes, et d’enrichir le lexique sur ce thème. Les lettres muettes sont grisées pour faciliter la lecture et les illustrations sont sympas et colorées. Je pense offrir ce petit album à un collègue qui travaille avec Taoki…

Deux autres albums paraîtront prochainement : Taoki au cirque pour la période 4 et Taoki au Pôle Nord pour la période 5. Deux autres thèmes porteurs à exploiter en parallèle !

Lecture Piano : un manuel et des albums

Le manuel Lecture Piano CP paru chez Retz en 2017 est à présent accompagné de nombreux outils : un cahier d’exercices, des panneaux référents, un manuel numérique élève et enseignant, et deux albums pour les périodes 1 et 2 : Le film de Zoé et Le chat de Véra. Ces histoires proposent une différenciation à chaque page.

Comme je vous l’ai déjà dit l’an dernier, j’aime beaucoup ce manuel de lecture syllabique écrit par une collègue qui utilise un piano des sons en couleurs pour aider les enfants à mémoriser les correspondances graphophonétiques.

La progression des sons est celle du fameux Bien lire et aimer lire, selon la méthode Borel-Maisonny : on étudie dans l’ordre les sons voyelles, les consonnes longues, les consonnes courtes, puis les digraphes (oi, on, an, ou…) et les sons complexes en fin d’année.

J’aime…

A chaque leçon, 3 niveaux de lecture sont proposés pour la différenciation. Une phrase illustre la découverte du son et les sons en couleurs aident sans aucun doute à déchiffrer les mots. Ce manuel, dans lequel on retrouve de nombreux standards de la méthode syllabique, renouvelle bien la démarche avec cette idée intéressante de piano en couleurs, qui a été mise en oeuvre avant d’être publiée. C’est un manuel de code, à compléter par des lectures d’albums tout au long de l’année.

J’aime moins…

Même si je ne suis pas fan de ces albums écrits en fonction d’une progression de sons, qui d’un point de vue littéraire sont certainement moins riches que de vrais albums de littérature de jeunesse, je reconnais l’engouement des enfants pour des albums abordables très tôt dans l’année, comme j’ai pu l’observer avec la série Sami et Julie éditée chez Hachette pour laquelle j’ai proposé un rallye lecture dès le mois de janvier dans ma classe.

Ces petits albums qui se mettent à la portée des lecteurs débutants représentent tout de même une bonne entrée en matière puisqu’ils donnent envie de lire, et c’est déjà beaucoup !

Comment analyser et choisir un manuel de lecture en CP ?
Sur Eduscol, dans l’article Cycle 2 – 100% de réussite en CP, on trouve un document très complet : Comment analyser et choisir un manuel de lecture pour le CP ?

Ce document propose une grille d’analyse avec les critères suivants :

– Le manuel propose les correspondances graphèmes-phonèmes (CGP) les plus régulières et les plus fréquentes ;

– Le rythme des CGP étudiées est suffisamment soutenu les premières semaines : un tempo de 14 ou 15 CGP étudiées pendant les neuf premières semaines ;

– Le manuel contient de nombreuses activités de décodage et d’identification des mots permettant à l’élève de s’entraîner et d’automatiser le code grapho-phonologique et la combinatoire ;

– Le manuel propose des structures syllabiques de plus en plus complexes (CV, VC, CVC, CCV) ;

– Le manuel contient des textes déchiffrables, reprenant les CGP étudiées (référence au site Anagraph pour analyser les textes) ;

– Le manuel aborde suffisamment la mémorisation de connaissances orthographiques et grammaticales, par des activités de dictée notamment ;

– En cours d’année, le manuel propose des textes variés de plus en plus complexes et abordant des genres diversifiés.

Une histoire par jour

Je n’ai pas eu en main ce guide de 120 séances pour enseigner la compréhension, qui paraîtra chez Belin en juin 2018, mais une brochure extraite du guide permettant de découvrir la démarche pédagogique et 5 séances de lecture-compréhension basée sur des extraits d’albums de littérature de jeunesse. Et cette brochure m’a beaucoup intriguée !…

Cette collection propose de lire et commenter, à nos élèves de CP, 74 textes issus de la littérature de jeunesse ou de contes patrimoniaux. Dans le guide, les textes sont préparés et commentés et toute la procédure de lecture est explicitée pas-à-pas.

Le travail avec les élèves recouvre la compréhension, le vocabulaire, l’expression orale et l’étude de la langue. C’est donc un outil clé en main et très complet. La progression s’étale sur 30 semaines de classe, réparties en deux semestres. Le tout est complété par deux cahiers d’exercices. Voilà un outil très bien conçu pour compléter une méthode de lecture basée sur l’étude du code.

La démarche vise à apprendre à comprendre des textes en développant les compétences langagières ; elle s’inspire des recherches de J. Giasson, M. Bianco, S. Cèbe et R. Goigoux : dégager le schéma narratif du récit, comprendre la dimension linguistique du récit, attirer l’attention des élèves sur les pensées et les intentions des différents personnages.

La mise en oeuvre des séances se fait en 6 étapes. Un exemple de cet enseignement explicite avec le premier texte de l’étape 1, Justine entre au CP :

  1. Un préambule à l’attention des élèves : présentation de l’histoire et création d’un horizon d’attente, présentation de l’objet d’apprentissage (« Aujourd’hui, vous allez apprendre à raconter l’histoire avec vos mots »).
  2. Une première lecture commentée : tous les commentaires de l’enseignant à l’intention des élèves sont développés à partir du texte à lire.
  3. Une reformulation : l’enseignant guide les enfants de façon très explicite pour retrouver la trame de l’histoire, on verbalise les stratégies nécessaires pour comprendre le texte, puis un enfant raconte l’histoire avec ses mots, et l’enseignant reprend en donnant un exemple de rappel de récit. On prend ensuite le temps de faire répéter chaque phrase du résumé afin que les enfants prononcent des phrases structurées plus complexes que celles qu’ils n’ont l’habitude de dire, et enrichissent du même coup leur vocabulaire.
  4. Un réinvestissement des apprentissages : raconter l’histoire avec ses propres mots, rappeler et verbaliser les stratégies en cours d’apprentissage.
  5. Une deuxième lecture : l’histoire est relue sans commentaire, en demandant aux enfants de « faire un film » dans leur tête.
  6. Une trace écrite dans le cahier d’exercices.
J’aime…

Une histoire par jour est un outil clé en main très complet qui s’inspire des dernières recherches sur la lecture compréhension et permet de travailler l’axe vocabulaire-langue orale de façon très structurée. J’aime aussi la démarche claire et structurée d’un enseignement explicite.

Mais…

Je pense que si l’on fait le choix d’un tel outil, très complet, sur 30 semaines de classe, il ne nous reste que 6 semaines pour aborder l’étude d’un album lu par les enfants. C’est donc un choix pédagogique pour l’année !

Narramus en maternelle

Dans la même inspiration, pour apprendre à comprendre et à raconter une histoire à la maternelle, Sylvie Cèbe et Roland Goigoux ont créé la collection Narramus chez Retz, qui propose trois fichiers accompagnés chacun d’un CD : Le Machin (PS-MS), La sieste de Moussa (MS-GS) et Les deniers de Compère Lapin (GS-CP).

J’ai commandé Les deniers de Compère Lapin pour mes élèves ! Je vous en dirai plus lorsque je l’aurai mis en oeuvre dans ma classe dans le cadre de notre liaison GS-CP…

Les pochettes Logico MDI

J’ai eu la chance de recevoir des éditions MDI ces deux nouveautés dont je suis déjà fan !

Pour l’autonomie et la différenciation, j’adore Logico Lecture CP chez MDI que j’utilise dans ma classe depuis de nombreuses années. J’ai déjà deux pochettes de fiches en lecture et une en maths que mes élèves utilisent dans le cadre d’ateliers autonomes. Le grand atout de ces fiches, outre qu’elles sont colorées et très attractives, est leur simplicité d’utilisation.

On insère chaque fiche dans un support qui permet de faire correspondre des plots de couleurs aux réponses données, puis on retourne la fiche pour vérifier si les réponses correspondent à la correction se trouvant au dos. C’est simple et efficace. Les élèves adorent cet exercice où ils n’ont pas besoin d’écrire, et ils manipulent les petits plots avec plaisir, pressés d’évaluer leur réussite en s’auto-corrigeant.

Bien sûr, il faut investir dans plusieurs supports pour sa classe et cela coûte cher au départ, mais ces supports sont très solides et le fait que l’éditeur continue à créer de nouvelles fiches pour compléter la collection encourage à investir. Les 3 nouvelles pochettes de lecture pour le CP sont conformes aux nouveaux programmes 2016 : Discrimination auditive et visuelle, Sons simples, Sons complexes. Chaque pochette contient 40 fiches recto-verso : exercice et auto correction.

La pochette Discrimination auditive et visuelle me paraît idéale pour démarrer les ateliers de lecture dès la rentrée avec ses 25 fiches de discrimination visuelle et ses 15 fiches de discrimination auditive abordables dès septembre en CP. Il est assez difficile de trouver des ateliers de lecture pour le début du CP, c’est pourquoi je vous conseille d’investir dans cette pochette Logico sans hésiter ! Les exercices que les élèves y trouveront leur sont souvent déjà familiers, ce qui simplifie la compréhension des consignes et encourage l’autonomie :

Discrimination visuelle : 25 fiches

  • Repérer un dessin similaire à un modèle
  • Repérer une lettre dans une suite
  • Identifier un mot similaire à un modèle
  • Mettre en correspondance différentes écritures d’un mot
  • Associer deux mots visuellement proches

Discrimination auditive : 15 fiches

  • Associer deux mots qui riment
  • Associer deux mots commençant par le même phonème
  • Dénombrer les syllabes d’un mot
  • Localiser un son dans un mot
Mes cahiers d’écriture de Laurence Pierson

Je terminerai par mon gros coup de cœur 2018 : la toute nouvelle collection Mes cahiers d’écriture de Laurence Pierson, professeur des écoles et rééducatrice en écriture. Deux cahiers sont prévus : Apprentissage CP, les minuscules que j’ai reçu dernièrement, et Perfectionnement CP-CE1, les minuscules, qui paraîtra fin avril.

Tout est parfaitement étudié dans ce petit cahier 17 x 22 cm, facile à manipuler et joliment illustré :

  • Chaque leçon d’écriture peut être introduite par la gym des doigts.
  • Les modèles des lettres sont normalisés et conformes aux programmes 2016.
  • La progression est liée au geste d’écriture.
  • On retrouve à chaque page des rubriques régulières qui permettent de ritualiser l’activité.
  • Et un lien est fait avec la lecture : chaque lettre est présentée avec sa valeur la plus fréquente et les confusions sont travaillées (b/d, h/k, q/g, …).

 

La préparation avant l’écriture

 

Les lettres e et l, la lettre p avec un exercice « Je copie et je dessine »

  

La lettre b avec un exercice b ou d, les lettres q et g

Ce cahier représente un vrai plus par rapport aux modèles que l’on peut préparer sur un cahier pour nos élèves. Bien sûr, c’est aussi un gain de temps car préparer chaque jour les modèles pour 25 élèves représente un gros travail, mais surtout il a été créé par une rééducatrice en écriture, Laurence Pierson, qui fait partie de l’association 5E. Et je le trouve très attrayant pour nos petits élèves ! J’attends le cahier CP-CE1 avec impatience.

J’ai fait pour vous le tour des manuels qui m’ont réellement attirée parmi les catalogues 2018 et les spécimens consultés. Il y a enfin le nouveau Picbille CP en deux volumes, une très bonne idée, pour alléger les cartables mais surtout mettre bien à plat ce fichier où les enfants écrivent et réalisent des tracés géométriques.

Et, chez Accès, Maths au CP avec un guide de l’enseignant et un cahier de l’élève à découvrir en juin.

N’hésitez pas, à votre tour, à me faire part de vos découvertes et coups de cœur parmi les parutions 2018 pour le CP !

55 pensées sur “Les nouveautés 2018

  • 13 mars 2018 à 22:14
    Permalink

    Merci pour cet article très détaillé, cette année encore 🙂

    Je guette la boite aux lettres, mais à part le grand large, je n’ai rien vu venir 🙁

    Répondre
    • 14 mars 2018 à 18:42
      Permalink

      Ton école est-elle inscrite au GIDEC pour recevoir les spécimens des principaux éditeurs scolaires ?

      Répondre
  • 14 mars 2018 à 00:49
    Permalink

    Merci pour cette analyse des nouveautés. En ce qui me concerne, je vais essayer à partir de jeudi (ou lundi au plus tard) les deniers de compère lapin (j’ai une gs/cp). Je n’ai malheureusement pas de TBI mais j’ai regardé les conférences de Sylvie Cèbe et le travail de Christine (objectif maternelle) et je suis séduite. le support est très bien fait et c’est du clé en main. Je teste et te dirai comment mes élèves ont réagi.
    Sinon, j’ai aussi reçu le cahier d’écriture (je travaille depuis plusieurs années avec la méthode Dumont dès la grande section). J’aime le format, idéal pour des petits. La démarche ressemble beaucoup à celle de Mme Dumont. Juste un bémol sur la gym des doigts ( certains exercices sont à éviter le petit soldat, la marche car le poignet n’est pas en contact avec la table, Mme Dumont avait expliqué sur son blog pourquoi…si je retrouve je donnerai le lien). Sinon, c’est aussi un coup de coeur et si j’ai des cp l’an prochain j’adopte.

    Répondre
    • 14 mars 2018 à 18:39
      Permalink

      Je crois que nous sommes nombreux à avoir eu un coup de cœur pour ce petit cahier d’écriture ! J’ai lu des échanges à ce sujet sur EDP.

      Répondre
    • 14 mars 2018 à 23:02
      Permalink

      La gym des doigts est devenue de plus en plus importante, ces dernières années, avec les phénomènes de « main molle » dus à l’utilisation d’écrans tactiles par les enfants.
      Le fait que le poignet ne soit pas au contact de la table n’a aucune importance : le but est de dissocier les doigts, de bien les individualiser, de les tonifier.
      Il ne faut bien entendu pas les considérer comme des positions d’écriture !

      En tout cas, merci beaucoup Chat Noir pour ce bel article, qui me touche beaucoup. Je suis si contente que ces petits cahiers trouvent leur public ! Ce n’était pas forcément facile de tout mettre en place, mais grâce à une éditrice formidable, un super maquettiste, une illustratrice en or et un concepteur de police d’écriture remarquable, notre petite équipe peut être fière du résultat.

      Répondre
      • 16 mars 2018 à 19:07
        Permalink

        Merci beaucoup, Laurence, d’être passée par ici ! Je pense que vos petits cahiers vont donner envie à nos élèves de s’y appliquer et je suis pressée de les mettre en oeuvre à la prochaine rentrée !

        Répondre
    • 28 avril 2018 à 23:55
      Permalink

      C’est assez logique que ce cahier ressemble au « Cahier 1 Apprentissage », de la collection « Les cahiers d’écriture » puisque c’en est une copie. Même le titre est une copie.
      Effectivement, avec la gym des doigts, le cahier commence par enseigner ce qu’il faudra ensuite combattre. C’est fâcheux.
      Autre chose de fâcheux également les modèles sont en écriture renversée, c’est à dire que l’axe des lettres penche vers l’arrière.

      A défaut de retrouver sur le blog http://legestedecriture l’explication sur la nécessité de poser son poignet sur la table, voici un extrait du Geste d’écriture – Méthode d’apprentissage Cycle 1 Cycle 2 – Différenciation et transversalité, dernière édition, pages 241 et 242 :
      « Plus les mauvaises habitudes sont prises tôt, plus elles sont difficiles à combattre. Plus l’enfant aura plaisir à gribouiller alors qu’il tient mal son crayon, plus il aura du mal à se défaire de ses mauvaises habitudes. Il est donc prudent de veiller dès le début à une bonne prise du crayon, à une bonne position de la main et à un bon appui du poignet sur la feuille.
      Il arrive qu’on se laisse séduire par certaines « techniques » alléchantes dont des pianotages coude en l’air. Lorsqu’elles sont inadaptées, elles ont pour effet de rendre l’enfant résistant aux exercices de positionnement du bras : ainsi, plus on lui apprend à lever le coude en faisant bouger ses doigts sur la table, moins on obtiendra qu’il ne lève pas le bras et qu’il pose son poignet sur la feuille pour les activités graphiques. Cela relève presque de la lapalissade. Le poignet se place alors en pont et l’enfant appuie fort sur le crayon faute d’avoir un appui sur le poignet. »

      Répondre
  • 14 mars 2018 à 18:57
    Permalink

    J’ai reçu très peu de spécimens. J’attendais avant tout de nouvelles méthodes de lecture. J’aurais souhaité abandonner Pilotis que je suis depuis le départ mais rien ne me tente… Très déçue par le spécimen « noisette ». Dommage !

    Répondre
    • 14 mars 2018 à 19:51
      Permalink

      Qu’est-ce qui t’a tant déçue avec Noisette ?

      Répondre
      • 15 mars 2018 à 07:15
        Permalink

        Le manuel semble sympa et la progression en phono me convient. En revanche je trouve le cahier d’exercices peu fourni et d’une façon générale je n’aime pas faire l’écriture dessus, je préfère utiliser un cahier.

        Répondre
  • 15 mars 2018 à 06:36
    Permalink

    Bonjour Chat noir,
    Merci d’avoir fait une rubrique sur les nouveautés.
    Je vais investir sur mdi avec le logico.
    Cette année je vais expérimenter lire avec ludo car mes élèves adorent Ludo et je trouve le manuel de qualité et les deux cahiers d exercices sont complet surtout les pages d encodage.

    Répondre
  • 15 mars 2018 à 19:18
    Permalink

    Gros coup de cœur aussi pour le cahier d’écriture, même si Dumont est pour moi un incontournable. Pour le moment, Pilotis reste mon favoris et je suis ravie que Picbille se partage en 2 volumes. J’ai pas reçu les spécimens MDI, et c’est dommage parce que j’aurai bien aimé découvrir leurs manuels.
    Merci à toi Chat noir pour cette critique bien détaillée et moi aussi j’apprécie de recevoir les spécimens: j’adore découvrir les nouveautés, ça me booste pour finir l’année.

    Répondre
  • 16 mars 2018 à 04:39
    Permalink

    Salut! Merci pour tes analyses sur les nouveautés 2018.
    Utilisant déjà « Les cahiers d’écriture » de chez Hatier, c’est vrai que le nouveau de 2018 me semble intéressant.
    J’ai reçu comme manuel de lecture « Lecture piano » de chez Retz. C’est un manuel intéressant avec une progression claire, qui utilise « un outil piano pour chanter les syllabes et faire comprendre la combinatoire » (je cite). Il est accompagné d’un fichier de lecture et de 5 albums. On a attribué à chaque son une couleur ce qui pourrait aider les enfants en difficulté. J’utilise « Taoki » depuis 4 ans et je serai tenter de changer pour prendre ce manuel.
    Qu’en pensez-vous?

    Répondre
  • 17 mars 2018 à 14:14
    Permalink

    Merci Chat noir pour ce bel article avec une analyse fine. Je n’ai reçu que grand large mais je vais rester sur pilotis. Je suis en rodage sur la méthode, je ne vais pas changer de suite!
    par contre, le petit cahier d’écriture me parait parfait. J’adore faire les modèle d’écriture mais si je peux me faire gagner du temps! Au niveau de la progression, elle suit la progression des sons ou c’est par famille de lettres?
    Et merci aussi de nous faire découvrir les logico CP. J’ai les supports mais très peu de fiches et surtout en maternelle. ça me parait idéal pour combler les différences de niveau de début d’année.Je crois que je vais faire encore des frais sur le compte de la classe!!!!

    Répondre
    • 17 mars 2018 à 16:46
      Permalink

      Les cahiers d’écriture de Laurence Pierson abordent les lettres par famille ; c’est une progression liée au geste d’écriture et qui part de la boucle (e/l). Mais il y a un lien avec la lecture à chaque leçon, et les lettres sont présentées avec leur valeur phonologique la plus fréquente, je trouve que c’est très intéressant.
      Et pour les Logico, je te conseille celui dont je parle pour des GS/CP. Je ne connais pas encore le contenu des deux autres pochettes (sons simples/sons complexes) mais j’avoue que je suis tentée pour ma classe !

      Répondre
      • 17 mars 2018 à 20:11
        Permalink

        Merci pour ta réponse. Je pense que je vais investir. J’ai des GS/CP cette année dont quelques uns qui carburent bien; ça leur sera très utile je pense pour cette fin d’année. Et pour les plus fragiles, ce sera bien en septembre en CP.

        Répondre
  • 28 mars 2018 à 02:20
    Permalink

    bonjour, je viens de recevoir le spécimen : « j’apprends à lire avec noisette » et je trouve qu’il ressemble à un monde à lire KIMAMILA le lutin. QUE pensez-vous?

    Répondre
    • 28 mars 2018 à 13:33
      Permalink

      Oui, c’est Alain Bentolila qui dirige cette nouvelle collection, le même auteur que la collection Un monde à lire, donc pas étonnant qu’il y ait des similitudes ! Mais il y a eu un gros travail sur l’étude du code avec un départ syllabique, ce qui n’était pas le cas avec Kimamila.

      Répondre
  • 28 mars 2018 à 16:35
    Permalink

    Je viens de feuilleter en ligne « les outils pour le Français CP ». Je suis plutôt conquise mais le problème c’est que Magnard ne propose pas d’affichage sons ou bien des évaluations toutes faites comme dans « Chut, je lis ».
    Il est vrai qu’il faut souvent remanier les documents proposés par les éditeurs mais cela fait au moins une base de travail sur laquelle s’appuyer !
    A deux ans de la retraite, je ne me sens pas le courage de reconstruire toutes mes fiches de lecture et mes autres exercices ! Bilan : je vais garder Pilotis même si je trouve que le fichier d’exercices est un peu trop dense parfois avec des exos pas toujours utiles !

    Répondre
  • 31 mars 2018 à 08:26
    Permalink

    Cc chat noir! C’est drôle, j’étais venue sur ton site pour te faire part de ma trouvaille sur l’écriture de chez MDI. j’ai découvert un extrait en salle des maîtres hier. Mais je n’ai pas été assez rapide! Je trouve ce cahier génial, il reprend de nombreuses activités que je fait en classe comme la gym des doigts. J’attends comme toi avec impatience le fichier GS – CP.
    Pour ma part deux réflexions:
    – la première est que perso, en début d’année j’utilise un réglage 4 mm et non 3 mm comme cela est proposé dans le fichier.
    – le prix. C’est quand même un budget pour équiper une classe. Surtout si le deuxième fichier peut être utilisé en deuxième partie de CP. A voir… Je pense garder pilotis mais en adaptant le fichier, par exemple en modifiant la progression de certains sons. J’ai essayé cette année et j’en suis très contente. Cela me permettrait aussi d’étudier des sons plus rapidement comme le « t ». L’inconvénient serait que le fichier serait en noir en blanc. A voir

    Répondre
    • 31 mars 2018 à 10:32
      Permalink

      Bonjour Poupette, peux-tu détailler ta progression adaptée des sons de Pilotis ? Merci.

      Répondre
  • 31 mars 2018 à 08:30
    Permalink

    J’ai oublié…
    En début d’année je fais les cahiers des élèves avec des lignes de couleur. (la terre, le ciel…) et ça me prend bcp de temps… Il suffirait dans ce cas de repasser sur le cahier directement.
    le point négatif est qu’il n’y a pas l’écriture des mots à droite pour les gauchers… à rajouter.
    On a eu une animation péda mercredi dernier, la conseillère a parlé de l’outil scriptum qui commence dès le CE1.

    Répondre
  • 31 mars 2018 à 17:12
    Permalink

    Coucou chat noir! Je continue à te suivre régulièrement. J’ai eu la chance d’assister à une conférence pédagogique de Goigoux et j’ai acheté Narramus GS-CP. C’est mon coup de coeur! Je l’ai commencé il y a 15 jours et je suis très contente et mes élèves aussi! Ils commencent à raconter l’histoire et même les plus timides se lancent. De préparer le vocabulaire avant de lire l’histoire est vraiment une très bonne idée. Je pense adapter cette méthode sur d’autres albums. Ma collègue de MS fait également cette méthode et nos élèves sont déjà motivés pour aller raconter l’histoire à d’autres classes! Bonne découverte et encore merci pour ton partage!

    Répondre
  • 1 avril 2018 à 12:41
    Permalink

    Voici ma prog de cette année chat noir: j’ai suivi celle de pilotis mais j’ai abordé un son et ses diverses graphies à la suite. Je m’explique:
    – P1 (pas de changement).
    – P2 é (é – er – ez), m, f (ph), ou, n, v, è (è – ai – ei ), p, on, d, j)
    – P3: an (an, en , am, em), g (g, ge-gi, gu), z (z + le s entre deux voyelles), t , in (in, ein, ain, aim), b, j’ai enlevé le son o proposé dans pilotis, c (avec toutes ses graphies, au -eau (déjà abordé avec l’ours et le mot automne par ex fait en P2), br, bl.
    – P4: les sons proposés ont déjà tous été abordés sauf le eu-oeu. On fait donc les exercices du fichier dans le but d’une consolidation.
    – P5 (in (consolidation, ec, elle, ph( consolidation, gu (consolidation), oin, gn, h( séance supprimée), ill, i-y, x).

    Avec ces changements, mes élèvent se débrouillent vraiment mieux même les plus fragiles. Je m’appuie sur les images référentes. Par ex c’est le « ai » de balai.
    Lorsque j’ai modifié ma progression je n’ai proposé que des lectures de syllabes (par exemple pour le son è).
    J’ai également adapté mes fiches de lectures. Je suis partie pour chaque son complexe d’un texte que j’ai fabriqué à partir des petites histoires de Nina. ça a très bien fonctionné. On le travaille sur 2-3 jours et même les plus fragiles ont fait beaucoup de progrès. Tous les matins, je chronomètre la lecture du texte pour travailler la fluidité de lecture, l’attention… le jour suivant le temps doit-être amélioré. Je fais cela aussi dans mes groupes de lecture.
    Pour l’an prochain, je voudrai apporté ces derniers changements:
    – modifier la progression de mes sons en P1:
    *mettre le son o en dernier son voyelle pour introduire les graphies au-eau.
    *Mettre le son f plus tôt? en lien avec les alphas. ou peut-être inverser l’étude des sons f et p? pour pouvoir enchainer avec la graphie ph.
    * Faire le son ch alors que les enfants n’ont pas travaillé sur la lettre c me dérange.
    * travailler le son t plus tôt.
    * mettre ma progression des mots outils seulement une fois les sons travaillés. Par exemple travailler « chez » seulement quand on a travaillé le son é.

    Les sons simples sont toujours travaillés su deux jours. Les sons complexes avec les différentes graphies sur 3 ou 4 jours.
    Tu vois donc que le fichier pilotis notamment à partir de P4 fonctionnent moins bien. Même si j’adore la démarche et que je m’en inspire beaucoup. J’utilise très souvent les images.
    Etant très emballée comme toi par les fichiers d’écriture MDI, mon budget ne me permettra pas d’investir sur une nouvelle méthode. Je me dis pourquoi pas, me « fabriquer » mon fichier. Je garderai dans ce cas, la démarche des gomettes sauf qu’il faudra qu’ils les découpent puis qu’ils les collent.

    En grammaire, je trouve que la séance sur « la – le » devrait arriver après avoir travaillé le son l… cette année, pour les plus fragiles c’était difficile.
    J’espère avoir été claire…
    Poupette

    Répondre
    • 2 avril 2018 à 08:39
      Permalink

      Merci Poupette, très intéressant ! Ta façon de progresser est semblable à celle du manuel Lire, dire, écrire avec Ludo il me semble. Pour ma part, je préfère une progression phonologique comme celle de Lecture Piano et La planète des Alphas : voyelles simples, consonnes longues, consonnes courtes, graphèmes complexes puis difficultés orthographiques. Je me lancerai peut-être l’an prochain pour revoir mes fiches de sons.
      Concernant les phonèmes complexes que l’on aborde généralement plus tard dans l’année, la plupart du temps, les élèves les connaissent déjà c’est vrai car nous les avons vus en lisant des albums.
      Ta progression est bien étudiée sauf pour la lettre g, à mon avis. J’étudierais [j] j-ge-gi d’une part et [g] g-gu d’autre part. Travailler le son [t] plus tôt, oui car il est très courant en français et nous manque beaucoup en début d’année pour lire de nombreux mots déchiffrables.

      Si tu construis ton propre fichier de sons, serais-tu d’accord pour le partager sur mon blog ?… 🙂

      Répondre
      • 3 avril 2018 à 07:34
        Permalink

        je suis entièrement d’accord avec toi pour la lettre g. J’ai fait tout en même temps cette année mais ça aurait mérité d’être séparé. Si je modifie mon fichier j’aurai seulement quelques feuilles à refaire. Je ne comptais pas numériser toutes les fiches et les remettre en page. Je me dis que pour certains, ça leur fait peut-être du bien de refaire de manière plus approfondie les sons complexes abordés plus tôt. Enfin, je suis en pleine réflexion. C’est avec plaisir que je peux t’envoyer les documents refaits.
        Pour le fichier d’écriture MDI, je réfléchis encore et encore. Je commence d’habitude sur du 4 mm. Certains en ont encore besoin. Mais j’en ai tellement marre de préparer 26 cahiers pendant plus d’une heure le mercredi…
        Merci pour ton retour.
        Bonne journée
        Poupette

        Répondre
        • 3 avril 2018 à 16:56
          Permalink

          En écriture, je commence toujours avec du 3 mm. Je commanderai le cahier d’écriture CP de Laurence Pierson pour mes élèves, c’est tellement confortable d’avoir les modèles tout prêts et, surtout, son cahier est joli, agréable, intelligent, bref il donne envie d’écrire !

          Répondre
  • 2 avril 2018 à 17:10
    Permalink

    Bonjour Chat noir

    Je voudrais savoir si l’année prochaine tu continues avec Pilotis . Moi je suis très indécise j’ai bien aimé lecture piano

    Répondre
    • 2 avril 2018 à 17:29
      Permalink

      Bonjour Cynt,
      Oui j’ai l’intention de continuer en étude du code avec le manuel Pilotis, que je trouve à la fois agréable et très efficace et pour lequel j’ai construit de nombreux outils. Il se peut que j’adapte la progression des sons, j’étudierai sûrement la question pendant les grandes vacances !

      Répondre
  • 9 avril 2018 à 18:03
    Permalink

    Bonjour,
    j’ai reçu le spécimen de lecture piano et j’avoue que je suis bien tentée aussi. J’ai donc commandé le cahier d’exercices pour voir. Je voudrais savoir si quelqu’un l’a déjà et ce que vous en pensez vous?

    Répondre
    • 14 avril 2018 à 21:10
      Permalink

      On peut consulter ce cahier d’exercices sur le site de Retz. C’est carré, structuré et, à mon avis, très efficace.

      Répondre
  • 16 avril 2018 à 12:48
    Permalink

    Bonjour ! Je suis en quette d’une méthode clés en main pour la lecture CP à la rentrée et lecture PIANO me tente mais je voulais savoir si les recommandations ministérielles vont voir le jour ou non…et où les trouver.

    Répondre
    • 16 avril 2018 à 13:56
      Permalink

      Bonjour Chableu,
      A ma connaissance, les recommandations ministérielles parues à ce jour pour le CP figurent sur Eduscol dans l’article suivant : https://eduscol.education.fr/cid117919/100-de-reussite-en-cp.html
      Tu y trouveras notamment un document pour t’aider à analyser un manuel de lecture et faire ton choix en fonction des recommandations des nouveaux programmes, avec en fin de document une grille d’analyse très utile. Mais peut-être avais-tu déjà ce document ?
      Bonnes vacances !

      Répondre
      • 16 avril 2018 à 21:53
        Permalink

        Merci !
        Je n’avais pas vu ce document et je m’attendais à des directives plus précises stipulant des manuels en particulier. Je trouve cela plutôt bien fait et utile.
        En revanche, ils précisent que le manuel est indispensable mais pas le guide du maitre…là, je ne comprends plus car il me semble qu’il est essentiel.
        De plus,  » l’utilisation du livre d’activités quant à elle, n’est pas recommandée », c’est un coup dur aux éditeurs ! « Le cahier du jour présente en effet plusieurs avantages : la part d’écriture de l’élève y est généralement plus importante, les modèles d’écriture en cursive sont tracés par le professeur, le contenu est plus étroitement lié aux activités de la classe. »…

        Répondre
        • 18 avril 2018 à 13:05
          Permalink

          Je pense que, même si le manuel est conseillé pour assurer une base solide à tous les élèves, le « clé en main » n’est jamais apprécié. Le ministère souhaite certainement que l’on différencie beaucoup en fonction de chaque enfant. D’où ce conseil de ne suivre ni livre du maître ni fichier.
          Pour moi, l’idéal serait un manuel et un fichier qui propose une vraie différenciation, y compris pour les élèves qui savent presque lire au début du CP.

          Répondre
          • 1 mai 2018 à 16:51
            Permalink

            Je vois ce que tu veux dire, cependant, je trouve cela assez embêtant car ce qui fait l’outil c’est beaucoup la démarche proposée…
            Merci en tout cas…je continue la lecture du livret orange et je vais affiner mon choix.

          • 1 mai 2018 à 18:11
            Permalink

            Oui, je suis d’accord avec toi. Le manuel, le fichier et le guide du maître constituent un ensemble pédagogique complet.

  • 19 avril 2018 à 06:11
    Permalink

    Bonjour chat noir
    Merci pour vos réflexions.
    Que pensez-vous de Maths Cp aux éditions accès ?
    Merci d’avance pour votre retour.

    Répondre
    • 19 avril 2018 à 08:10
      Permalink

      Bonjour Sandra,
      Pour le moment, il n’y a qu’un court extrait. Difficile de se faire une idée sur l’année. J’attends d’en voir plus…

      Répondre
  • 25 avril 2018 à 10:43
    Permalink

    Bonjour Chat noir,
    Moi aussi j’ai craqué pour le cahier d’écriture MDI! Il est vraiment très bien fait et les exercices de la gym des doigts sont très bien expliqués. Cela permet aux parents de comprendre ce que l’on fait faire aux enfants en classe…
    J’attends également de voir le nouveau fichier de maths des éditions Accès. Connaissant celui de GS, s’il est fait sur le même principe, je pense que je l’adopterai sans me poser de questions.
    Les catalogues des commandes 2018/2019 sont sur le bureau. Il va falloir s’y mettre… et bien choisir !

    Répondre
    • 25 avril 2018 à 11:10
      Permalink

      Merci pour ce retour !
      Avec cet article, j’ai voulu faire un tour d’horizon des nouveautés et il en ressort 3 grands « gagnants », certainement de futurs gros succès 2018 :
      – Mes cahiers d’écriture de Laurence Pierson, MDI
      – Lecture Piano, Retz
      – Maths au CP, Accès
      On verra si mon pronostic se confirme avec les commandes…

      Répondre
  • 27 avril 2018 à 09:10
    Permalink

    Bonjour Chat noir,
    Je suis assez tentée par le manuel « Lecture tout terrain » de Bordas. Malheureusement, je n’ai pas eu de spécimen… donc j’essaie de me faire un avis avec le feuilletage en ligne. Ton œil d’experte peut-il me guider ? J’avoue être un peu déconcertée par les propos de Mr Blanquer. Suite à cela, je me demande si pilotis que j’utilise depuis 4 ans est un choix judicieux. Par ailleurs, je ne vois pas trop comment faire sans avoir recours aux petits mots-outils appris par cœur… Je pense ne pas être la seule dans ce cas. Merci d’avance.

    Répondre
    • 27 avril 2018 à 12:19
      Permalink

      Bonjour val44,
      Pourquoi penses-tu que Pilotis n’est pas un choix judicieux ?
      Concernant l’apprentissage des mots outils, je viens de relever ceci dans le document du ministère qui nous a été communiqué hier :
      « Il convient d’accorder une attention particulière aux mots-outils. Ce sont des mots très fréquents dont le rôle est essentiellement syntaxique. On y range les prépositions, les conjonctions, les pronoms, les déterminants, etc. Selon le principe de déchiffrabilité, par exemple, « un », « une », « des », « est », « mes »,
      « dans » peuvent être déchiffrés puisque constitués de graphèmes et peuvent donc ne pas être appris par cœur. Dans le cas d’un apprentissage global des mots dits outils, il faudra revenir sur ces mots avec les élèves au cours de la progression pour qu’ils prennent conscience de leur déchiffrabilité comme tous les autres mots. »
      On lit donc que ces mots outils peuvent être enseignés globalement en début d’année, c’est-à-dire avant que les sons qui les composent n’aient été enseignés en classe, mais dans ce cas, il faudra y revenir au cours de la progression en étude du code afin que les enfants prennent bien conscience qu’ils sont déchiffrables.
      Par exemple, nous avons appris « dans » avant d’avoir appris le son [an] : dans ce cas, nous devons revoir le mot « dans » à l’occasion de la leçon sur le son [an] afin de prendre clairement conscience de tous les sons qui composent ce mot et d’apprendre à le déchiffrer, après avoir appris à le mémoriser en début d’année.
      Je pense rédiger un article prochainement pour qu’ensemble, nous puissions commenter, non pas ce livret de 130 pages, mais les cinq principes directeurs pour enseigner l’apprentissage de la lecture qui nous sont énoncés dans ce livret (pages 52-53). Qu’en penses-tu ?

      Concernant Lecture tout terrain, j’ai utilisé ce manuel de lecture pendant 4 ans, juste avant d’adopter Pilotis, et après avoir utilisé Léo et Léa pendant 4 ans également. Cela fait donc 13 ans, en comptant mes 5 années avec Pilotis, que j’enseigne la lecture à mes élèves à partir d’un manuel syllabique. J’ai abandonné Léo et Léa car je trouvais le lexique peu adapté, surtout dans les premiers textes. Ensuite, j’ai apprécié Lecture tout terrain pour son cahier d’exercices très clair et sa progression des sons efficace : notamment le son [t] est enseigné assez tôt pour permettre de lire de nombreux mots et textes. Il y a dans ce manuel de nombreuses références à des textes patrimoniaux, lectures offertes d’extraits de ces textes, et des personnages récurrents, héros proches des enfants, dans des textes déchiffrables en partie puis en totalité. Donc le principe est efficace, rien à redire.
      Cependant, je complétais à partir de janvier avec des lectures suivies d’albums de littérature car les textes patrimoniaux lus en extraits ne me semblaient pas suffisants pour travailler la compréhension. Il me semble que si j’adoptais Lecture Piano chez Retz, je devrais faire de même car les enfants doivent aborder les ouvrages de littérature de jeunesse dès le CP.
      Avec Pilotis, j’ai trouvé un ensemble très complet : un travail sur le lexique qui manquait aux deux autres manuels et qui m’a paru indispensable pour beaucoup d’enfants, notamment les élèves allophones, mais aussi un travail approfondi en lecture compréhension.
      J’espère t’avoir aidée et fait avancer dans tes réflexions, toutefois ton message m’a donné envie d’écrire un article plus complet sur tous ces sujets « brûlants » du moment ! 😉

      Répondre
      • 27 avril 2018 à 13:12
        Permalink

        Merci Chat noir pour la rapidité de ta réponse ! J’avoue ne pas avoir encore pris connaissance des 130 pages qui sont parvenues sur ma boîte mail professionnelle. Je préfère lire la version papier.
        Je suis un peu lasse de pilotis et j’aurais aimé changer mais c’est un investissement financier lourd et puis la création de nouveaux outils demande du temps. Je n’ai pas le manuel de pilotis mais seulement le cahier d’exercices. Je ne trouve pas que le livre soit indispensable. J’ai créé mes propres fiches de lecture du soir inspirées des tiennes ( un grand merci pour ton travail de qualité qui m’a beaucoup aidée lorsque j’ai adopté la méthode).
        Je trouve que le manuel « lecture tout terrain » a l’avantage de proposer sur la page de gauche des textes que peuvent lire les élèves déjà lecteurs au début du CP ( J’en aurai plusieurs l’année prochaine) et puis les cahiers d’exercices me plaisent avec plus de production d’écrit (Pilotis est pauvre dans ce domaine)
        Je travaille déjà la compréhension à partir d’albums de jeunesse. L’année prochaine je compte continuer ainsi en utilisant Narramus « les deniers de compère lapin » et « la chèvre biscornue ».
        Comme j’aurai un cours double, les CE1 travailleront directement sur l’album et je suivrai la démarche proposée pour les CP.

        Je viens de visionner les vidéos passionnantes de Roland Goigoux : enseigner la lecture et l’écriture au cours préparatoire et finalement je me retrouve bien dans tout ce qu’il préconise.
        Son étude montre qu’il n’y a pas d’effet manuel pour l’apprentissage de la lecture contrairement à ce que j’ai entendu hier. Je continue donc ma réflexion…
        Merci encore.

        Répondre
  • 28 avril 2018 à 07:25
    Permalink

    Bonjour chat noir
    Pour l’année prochaine je prends comme manuel de code lecture piano de retz à la place du manuel de code pilotis et je continue avec mes albums.
    J’ai acheté hier la nouvelle édition de bien lire aimer lire avec les 4 cahiers d’exercices et ils sont supers.
    Pour les maths, Accès va m’envoyer un cahier maths au Cp la semaine prochaine en avant première.
    Merci d’avoir permis cet échange avec des collègues.
    Ton blog est génial.

    Répondre
  • 28 avril 2018 à 16:37
    Permalink

    Personnellement, je garde Pilotis pour la combinatoire l’année prochaine… Je viens de regarder rapidement le livret « Pour enseigner la lecture et l’écriture au CP », et il me semble que pour l’étude des sons ce manuel convient très bien, il y a la lecture de syllabes, de mots et de textes…

    Dans ce livret, j’ai vu dans le résumé de la page 112 : « Il existe un éventail de manuels disponibles dont certains proposent un apprentissage conforme aux enseignements de la recherche : une étude des CGP les plus régulières et les plus fréquentes dès le début de l’année, des textes déchiffrables, une insistance sur la fluidité du décodage, un enrichissement du vocabulaire, des textes de plus en plus complexes… » .
    Il aurait pu être donné une liste de ces manuels pour nous permettre de vérifier si nous avions le bon ou nous permettre de choisir parmi la liste. Le coût que représente l’équipement d’une classe est assez important pour une classe de 25 élèves…

    Bonne reprise à celles ( et ceux) qui reprennent lundi !

    Répondre
  • 30 avril 2018 à 18:31
    Permalink

    Merci Chat Noir pour tous ces bons conseils!

    Répondre
    • 3 mai 2018 à 18:10
      Permalink

      Merci à toi pour ta visite ! 😉

      Répondre
    • 3 mai 2018 à 18:09
      Permalink

      Et j’aimerais beaucoup que tu m’y rejoignes ! 😉

      Répondre
  • 26 mai 2018 à 17:17
    Permalink

    Ce qui me gène dans le cahier d’écriture qui pourtant semble très intéressant, c’est que les gauchers n’y sont pas pris en compte… dommage!

    Répondre
    • 26 mai 2018 à 18:16
      Permalink

      Dans le cahier Dumont, il n’y a pas non plus de modèles à droite il me semble.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.