Le blog de Chat noir

Apili : apprendre à lire grâce à l’humour !

Pendant les vacances, j’ai reçu le manuel de Benjamin Stevens, Apili, une belle découverte dans le domaine de l’apprentissage de la lecture, que j’ai aussitôt souhaité partager avec vous !

Benjamin Stevens, l’auteur du manuel Apili paru en 2020, est un orthophoniste passionné, exerçant depuis 18 ans, qui a élaboré sa méthode en observant ses petits patients au fil des années, et dont l’objectif principal est de transmettre le plaisir de la lecture.

L’ingrédient principal de sa recette est l’humour. En avant-propos, il explique que l’utilisation de l’humour a été pour lui une véritable révélation comme déclencheur de plaisir et de motivation dans l’acte de lire.

Dans ce manuel, on trouve tous les moyens d’aide testés par l’auteur et mis en avant pour leur efficacité auprès de tous les enfants, en particulier ceux qui ont des difficultés d’apprentissage en lecture : des images qui représentent le son des lettres, des bouches symbolisant l’articulation du phonème et des gestes pour s’appuyer sur la mémoire kinesthésique.

Benjamin Stevens a choisi d’utiliser des gestes différents des gestes Borel-Maisonny. Ses gestes se réfèrent à la petite histoire racontée pour présenter chaque correspondance lettre-son. Par exemple, le phonème [m] est représenté par une vache qui fait « mmm », une bouche fermée qui prononce le son [m] et le geste de ce phonème est illustré et expliqué : Mets ta main sur ton ventre et dis « m ».

Apili est une méthode syllabique dont la progression rappelle beaucoup celle du fameux Bien lire et aimer lire : on débute l’apprentissage par les voyelles, les consonnes « longues » dont on peut prolonger le son (f/s/ch, l/r/m, v/j/z, n) puis les consonnes courtes qui « claquent ». Les leçons présentent plusieurs graphèmes à la fois en début de progression, ce qui permet d’aborder assez rapidement la combinatoire, puis la lecture des premiers mots et premières phrases humoristiques.

Tous les mots sont déchiffrables ; les mots outils « un/une » sont présentés après la leçon sur la lettre n ; « est » puis « les, des, mes, tes, ses » après la leçon sur les différentes valeurs sonores de la lettre e.

Je retrouve ici ce que j’ai tant aimé en adoptant une méthode syllabique pour la première fois : le sentiment que rien n’est laissé au hasard dans cet apprentissage et qu’aucun enfant ne sera laissé de côté. C’est donc un manuel précieux pour tous les collègues de CP, débutants ou plus expérimentés, car l’apprentissage de la lecture est aussi, en grande partie, technique et s’appuie sur une progression phonologique bien pensée.

Il n’existe pas de guide pédagogique accompagnant cette méthode mais l’adulte qui accompagne l’enfant dans son apprentissage trouvera des conseils simples et clairs  pour l’aider et le guider, en bas de page de la présentation du phonème étudié. Pas de jargon pédagogique ici, d’ailleurs, car l’auteur s’adresse aussi bien aux parents qu’aux enseignants.

Mais bien sûr, le grand plus de ce manuel est l’humour que les superbes illustrations de Rémy Tornior mettent en évidence. Sur une page, plusieurs phrases à lire sont illustrées par des dessins très colorés et joyeux. L’enfant qui lit va évidement être attiré par ces illustrations et pourra mettre en lien la phrase lue et le dessin correspondant. Les images sont un soutien permanent à la compréhension et à l’acquisition d’un lexique varié et précis.

Les phrases sont drôles mais ne sont pas « tirées par les cheveux » comme souvent ; elles sont écrites dans un français courant qui enrichit constamment le vocabulaire de l’enfant. Le jeune lecteur appréciera de retrouver des personnages récurrents à chaque page.

Ce manuel est un bel objet, à la mise en page aérée, aux pages épaisses, imprimées sur un fond légèrement bleuté pour réduire la fatigue oculaire. Les lettres muettes sont grises, les voyelles rouges et les consonnes bleues dans les premières leçons où elles sont en voie d’acquisition, puis ce sont les graphèmes complexes qui sont mis en évidence d’une couleur rose dans les leçons suivantes. Chaque détail a été pensé, élaboré et présenté avec soin pour un maximum de lisibilité, et le feuilleter, le découvrir, le lire est très agréable ! La recherche du plaisir de lire est partout, dans l’objet comme dans son contenu.

D’autres outils actuellement disponibles accompagnent ce manuel : un sous-main pour se référer aux gestes, dessins et graphèmes correspondants à chaque sons, des posters sur les lettres, graphies et gestes, un marque-page. L’auteur m’a informée qu’il travaille actuellement sur un cahier d’écriture et un recueil de 25 textes humoristiques et progressifs pour lequel il a fait appel à un auteur belge, Nicolas Ancion. Il prévoit encore un cahier d’activités, conscient que les enseignants en ont besoin.

J’ai écrit à Benjamin pour lui expliquer que pour nous, enseignants français, le prix d’un tel manuel était malheureusement élevé et que nous pourrions difficilement commander Apili pour une classe entière et voici ce qu’il m’a confié :

Je souhaite que le premier livre de lecture des enfants soit beau et de qualité. Je souhaite que les enfants et leurs parents respectent le livre, se disent que c’est un livre important… Je prends en charge des enfants de milieux défavorisés et les parents ont fait l’effort financier d’acheter Apili. Je vois que le livre est très important pour eux, les enfants l’emmènent partout avec eux. Il est source de plaisir, d’échange entre les enfants et leurs parents.

A défaut de pouvoir le commander pour toute une classe, ce manuel peut être facilement mis en place pour un petit groupe d’élèves en ateliers ou en APC, avec 4 ou 5 exemplaires. La couverture n’étant pas rigide, j’ai prévu de le couvrir avant de l’utiliser dans ma classe.

Si vous souhaitez des compléments d’information sur cette méthode, vous pouvez consulter sa page sur le site apili.fr. Benjamin Stevens a également publié un article très complet de conseils aux parents ou aux enseignants, Bien parler : le guide complet pour aider votre enfant à bien parler.

Je remercie les éditions Liberté et leur auteur, Benjamin Stevens, pour cette belle découverte et j’espère vous avoir donné envie de découvrir ce superbe manuel à votre tour !

6 thoughts on “Apili : apprendre à lire grâce à l’humour !

  1. Impressionnant !! J’aime beaucoup cette présentation et je pense le commander pour mes CE1 en APC, effectivement !
    Merci pour cette découverte !

  2. Je m’en suis acheté un exemplaire pour l’une de mes élèves de CE1 qui ne lisait pas du tout.
    Et elle est entrée en lecture … Doucement mais surement !
    Du coup, ses parents ont accepté de lui acheter son propre exemplaire.

  3. merci pour cette chouette découverte. effectivement, le prix peut freiner mais ça vaut sans doute le coup d’en avoir un dans nos classes pour les APC ou les enfants en difficulté.

  4. J’en ai acheté un l’année dernière pour ma fille en CP pendant le confinement. Elle a bcp aimé et du coup sa petite sœur se l’est approprié. Les phrases drôles la font bcp rire.

  5. Bonjour,
    Coup de coeur également. Un ouvrage de qualité pour tous mais surtout pour nos petits Dysferents.
    Penses tu síl te plait, que ce soit un probleme de melanger les gestes de BM et les siens? Certains signes ne sont pas tjs judicieux avec mes eleves bilingues ( ex pour le D et la main dans le dos, certains chantent bbbbb de « back' » ) ahahahah! du coup mon poing à tendance à glisser jusqu’`a mon « ‘derriere »‘ Ah non ca ne marche pas non plus ( bbbb buttom) hihihihihi!

    1. Bonjour Ophélie,
      J’utilise ce manuel avec un élève allophone. Quand je l’aide à lire, je fais les gestes du manuel Apili. Cet élève me voit aussi faire les gestes Borel-Maisonny dans la classe et je ne crois pas que cela le perturbe … Donc à toi de voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.