Chaque année, j’ai pris l’habitude de partager avec vous mes réflexions sur les commandes de manuels et fichiers pour ma classe de CP.

Malgré une situation complexe, nous devons nous projeter dans l’année scolaire qui débutera en septembre prochain et je suis sûre que vous aussi, vous avez souhaité connaître les nouvelles parutions 2020, feuilleté les manuels sur les sites de nos éditeurs, pesé le pour et le contre entre les enjeux pédagogiques et le budget alloué par votre municipalité.

Syllabique-boom

Il y a eu le baby-boom d’après-guerre et cette année le « syllabique-boom » d’après-guide Pour enseigner la lecture et l’écriture au CP ! Jamais autant de manuels de lecture syllabique n’étaient parus en même temps, et nous le devons aux recommandations du « guide orange ». Nouveaux titres ou refontes, en 2020, nous avons l’embarras du choix.

Parmi les nouveaux titres, j’ai feuilleté :

  • Timini chez Nathan, édition 2020 (Alain Bentolila, directeur de collection) ;
  • A moi de lire chez Magnard, édition 2019 ;
  • Cocoli chez Hatier, auquel Danièle Dumont a participé, édition 2020 ;
  • Parés au décodage chez Hachette, une méthode développée par des orthophonistes ;
  • Codéo chez MDI, dont je vous ai déjà longuement parlé et qui s’accompagne à présent de deux fichiers.

Et parmi les rééditions conformes aux recommandations du guide orange :

  • Lire, dire, écrire avec Ludo chez Pemf, éditions 2020 ;
  • Léo et Léa chez Belin, édition 2019 pour le manuel de code et 2020 pour le manuel de lecture ;
  • Trampoline chez Nathan, édition 2020 pour le fichier de code ;
  • Pilotis chez Hachette, édition 2019, pour l’ensemble manuel de code et lecture-compréhension.
Valeurs sûres

Lecture Piano, une méthode originale

Je ne vous parlerai en détails que de mes favoris. Et tout d’abord, je n’oublie pas d’évoquer Lecture Piano, paru en 2017 chez Retz, dont je vous ai parlé dans un article intitulé Les nouvelles parutions 2017. Ce manuel est selon moi une valeur sûre pour l’étude du code, qui allie l’originalité du piano des sons avec une présentation traditionnelle et structurée.

 

Léo et Léa, une valeur sûre

Parmi les valeurs sûres, je citerai aussi Léo et Léa que j’ai utilisé en classe pendant 4 ans et beaucoup appréciée, à une époque où les manuels syllabiques étaient très critiqués et peu courants. Je complétais alors ce manuel par l’étude d’albums à partir du mois de janvier, lorsque mes élèves avaient bien démarrer en étude du code et savaient déjà déchiffrer beaucoup de mots. Je devais cependant veiller à adapter ces premières lectures en fonction des sons étudiés.

En 2020, les éditions Belin ont eu la bonne idée de faire de ce manuel un ensemble complet pour la lecture avec son manuel de code, réédité en 2019, et à présent un complément en lecture-compréhension, Mes premières lectures. J’ai eu la chance de recevoir ces deux beaux ouvrages et j’aime beaucoup le manuel de ressources littéraires paru cette année. A la fois rassurant, puisqu’il est déchiffrable à 100 % si la classe suit la progression du manuel Léo et Léa en étude du code, et intéressant, riche et varié, je pense qu’un tel manuel peut être une alternative à l’étude d’albums dans d’autres collections comme Trampoline ou Pilotis.

On y trouve des bandes dessinées, des poésies, des documentaires, des œuvres d’arts, des recettes, des jeux, articles de presse, contes, récits, pièces de théâtre… On peut y piocher régulièrement pour diversifier les lectures de nos élèves avec des supports adaptés à leurs compétences. Léo et Léa reste pour moi une référence !

Tiercé gagnant

Lire, dire, écrire avec Ludo : conforme au guide orange

Dans mon « tiercé gagnant » de l’année, je citerai tout d’abord l’édition 2020 de Lire, dire, écrire avec Ludo que j’ai eu le plaisir de feuilleter en avril sur le site de l’éditeur.

J’adore le personnage de Ludo depuis des années et j’utilise toujours le classeur Ecrire avec Ludo dans ma classe de CP. Ce petit héros est un indispensable compagnon en CP lorsqu’on adopte une méthode comme Pilotis. Chaque enfant peut s’y identifier : il vit des situations familières, il est curieux de tout, ouvert aux autres, il a toujours bon esprit. C’est donc la meilleure version de lui-même qu’un enfant puisse découvrir et chercher à développer ! A travers les nombreux échanges que les histoires de Ludo et les illustrations de Mic permettent d’engager dans nos classes, les élèves progressent en langage oral, apprennent à exprimer des émotions, des situations vécues, à témoigner, ou tout simplement à construire une phrase.

Lorsque le premier manuel de lecture est paru en 2016, je l’ai trouvé très intéressant et attirant mais j’ai été déroutée par l’étude de graphèmes complexes comme au-eau, eu-œu dès les premières semaines. Dans la nouvelle version de Lire, dire, écrire avec Ludo, les deux auteurs – Michel Rius et Sandrine Wendling – ont eu à cœur de mettre la progression des graphèmes en adéquation avec les nouvelles recommandations du guide orange et cette nouvelle progression me paraît très cohérente à présent.

Chaque semaine, une histoire de Ludo est lue à la classe et, à partir de cette histoire, une suite sera écrite selon diverses modalités qui varient au fil de l’année de CP. Un ou deux graphèmes sont étudiés sur la page de droite du manuel et deux fichiers de code accompagnent le manuel. Les mêmes images et histoires ont été conservées – sauf « La piscine » – et ce sont aussi celles du classeur Ecrire avec Ludo. C’est un nouveau manuel très réussi et très tentant, mais qui reste un peu cher si l’on investit à la fois dans le manuel, les fichiers et les outils complémentaires. Sans doute, faudra-t-il faire des choix, la première année au moins ?

Codéo : un classeur et deux fichiers

Le deuxième titre que je souhaite mettre en avant est Codéo. J’ai récemment présenté le contenu de cette nouvelle méthode dans mon article L’étude du code avec Codéo. Depuis, deux nouveaux cahiers sont parus pour compléter le classeur et permettre à l’enseignant d’alléger le nombre de photocopies : vous pouvez feuilleter le cahier 1 sur le site MDI. Il reprend les exercices de concentration, d’attention visuelle, de discrimination auditive ainsi que les exercices de code, de révision et de fluence déjà présents dans le classeur, avec de la couleur pour certains dessins.

Pour les collègues qui souhaitent un ensemble vraiment complet pour l’étude du code sans investir dans un manuel, Codéo est LA solution idéale et j’ajoute que c’est une belle réussite. Bravo à ses deux auteures, Caroline Delbois et Lucie Grillet !

Pilotis 2019 : code et compréhension, un ensemble complet

Comme vous vous en doutiez, Pilotis fait partie de mes favoris. Cette année, j’ai adopté la nouvelle version 2019 dans son ensemble : manuel de code, cahier d’exercices et fichier de lecture-compréhension avec ses cinq albums. Je suis d’ailleurs en train de terminer l’étude de l’album de la période 4, Le garage de Gustave. En étude du code, j’ai pu tester la nouvelle progression de graphèmes, plus simple au départ et plus rapide, et je l’ai trouvée très efficace. J’apprécie toujours de pouvoir travailler chaque jour à la fois le code et le lexique, le matin, et la compréhension, le plus souvent l’après-midi. Avec Pilotis, je balaye l’ensemble des compétences à travailler en français.

Pour les collègues débutants, le guide pédagogique est très précis, il explicite chaque séance pas à pas et permet de se lancer sans crainte. Pour les collègues expérimentés, la méthode laisse la liberté de mener des séances riches dans un cadre structuré.

Vous pouvez lire une description détaillée de la méthode dans l’article Le manuel de lecture Pilotis 2019. Cette année, j’ai mis à jour un certain nombre de compléments au manuel 2019, ils sont récapitulés dans l’article Tous mes outils Pilotis.

Les nouveautés en maths

Si vous suivez mon blog depuis quelques temps, vous savez que, même si souvent la nouveauté m’attire, je suis fidèle ! Fidèle à Pilotis et à Picbille depuis des années… Pourtant, j’aime me tenir au courant de tout ce qui se fait de nouveau, j’adore feuilleter les catalogues des éditeurs à la recherche de la perle rare. Et chaque année, je pars à la recherche d’une méthode de maths qui pourrait détrôner mon vieil ami Picbille et ses boîtes de 10 !

Les manuels de maths 2019-2020 : un grand choix de manuels

La M.H.M. chez Nathan, la méthode de Singapour chez Bordas, la méthode explicite chez Hachette, je les ai étudiées et j’ai essayé de me projeter dans chacune d’elle, en classe avec mes élèves. Pourquoi ne m’ont-elles finalement pas attirée suffisamment pour que je les adopte ? Et bien je pense qu’une méthode, même si on la devine efficace et que de nombreux collègues l’adoptent autour de nous, doit aussi convenir à notre façon de travailler avec les élèves et, concernant les maths, à notre façon de penser les nombres. Que ce soit du point de vue de l’organisation de la classe ou du point de vue de l’organisation de la pensée, Picbille est resté celui qui répondait le mieux à ma façon d’aborder les nombres avec mes élèves.

Picbille et Résolution de problèmes, chez Retz

Bien sûr, la méthode Picbille a quelques défauts. A certains moments de l’année, par exemple au stade de l’addition « naturelle », on a des difficultés à faire comprendre et prendre en compte la fameuse « nouvelle dizaine ». Tous les enfants n’ont pas la même capacité à se représenter mentalement les nombres, à conceptualiser ; beaucoup ont encore besoin de dessiner les boîtes et les jetons en fin de CP mais le problème, c’est qu’ils n’en ont pas toujours envie !

Nous savons tous que, lorsque débute l’année scolaire en CP, nos élèves ont des compétences très différentes en dessin : certains ont eu l’habitude de dessiner chaque jour à l’école ou chez eux, et cela a fait évoluer leur façon de structurer l’espace, de s’y repérer, mais aussi d’imaginer des choses ; tandis que d’autres élèves n’ont pas eu l’habitude de dessiner, ils auront plus de mal à représenter les nombres comme Picbille, Dédé ou Patti, puis à se les représenter mentalement. C’est donc le passage de la manipulation à l’abstraction qui pose problème pour ces enfants, et j’espérais une méthode qui les aide à conceptualiser.

Avec Picbille, je complète aussi le travail en résolution de problèmes, en géométrie et mesures, car ce sont les nombres et le calcul qui sont au centre de la méthode de Rémi Brissiaud. Et lorsqu’on lit ses ouvrages, comme Apprendre à calculer à l’école, on aimerait pouvoir travailler dès la maternelle avec ses principes, afin que les élèves de CP cessent d’utiliser leurs doigts pour compter et non pour calculer.

Les Noums CP, la nouvelle méthode de Rémi Brissiaud

En reprenant cet ouvrage de Rémi Brissiaud sur le calcul à l’école, j’ai vu que se dessinait déjà le projet qu’il a développé avec Dragon Box depuis 2019, Les Noums, puisque l’une de ses pistes pour l’avenir était de développer « davantage de ludique et moins de symbolique ». C’est chose faite avec les Noums, une méthode ludique et motivante, que je n’ai pas pu adopter en 2019 car il était conseillé d’avoir une classe bien équipée en tablettes et TBI. J’ai cependant souhaité m’informer en téléchargeant l’application et commandé les deux fichiers chez Retz. Reste à trouver des tablettes pour ma classe car, même si la mise en oeuvre est possible avec un TBI, il n’en reste pas moins que les tablettes permettent aux élèves de s’entraîner régulièrement sur les notions abordées lors des leçons.

Par certains aspects, les Noums rappellent évidemment Picbille. Les boîtes de 10 apparaissent encore dans l’application et le fichier. Ils me rappellent aussi la modélisation par bandes en résolution de problèmes dont nos conseillers pédagogiques nous ont beaucoup parlé cette année. La personnification des nombres a déjà été mise en œuvre avec les NuméRas, chez Nathan, mais les Noums mettent davantage en avant le rapport nombre-quantité car ils grandissent lorsqu’ils avalent un nouveau Noum. Leurs tailles et couleurs s’inspirent des réglettes Cuisenaire, mais leur aspect est beaucoup plus ludique. Comme l’explique Rémi Brissiaud dans sa présentation de la méthode, les Noums constituent un modèle intermédiaire très efficace et cohérent entre la manipulation et le concept.

Chez le jeune enfant, il importe de passer beaucoup de temps sur les nombres de 1 à 5, la méthode avance lentement mais sûrement, tout comme la méthode Picbille : elle pose les bases pour que la quantité 5 serve ensuite de repère en calcul.  Elle repose à la fois sur la manipulation et sur l’anticipation : les situations sont visualisées, on anticipe le résultat, on le vérifie grâce à l’application et à son matériel.

Comme je vous l’ai dit, il faut qu’une méthode « me parle » ! L’enseignant doit être à l’aise avec sa méthode avant de la présenter à ses élèves. Après avoir regardé les mises en œuvre des séquences sur l’application des Noums, et étudié les deux fichiers, je m’apprête à faire des infidélités à mon ami Picbille pour la première fois depuis des années mais il sait qu’avec les Noums, je ne m’éloigne pas trop de sa façon de penser !

En tout cas, Picbille ou les Noums, à la rentrée de septembre en CP, je voterai encore pour Rémi Brissiaud !

Questionner le monde, anglais, arts plastiques

Questionner le monde, Cycle 2, MDI

Dans ce domaine, je continue à utiliser le classeur Questionner le monde Cycle 2 des éditions MDI, dès que les enfants sont à même d’écrire correctement. Tout au long de l’année, j’utilise aussi les Leçons numériques Jocatop commandées dans notre école. Elles correspondent à un gros investissement financier mais ce sont vraiment de bons outils. Ces leçons sont attractives pour tous les enfants, qui aiment y participer oralement et, souvent placées en fin de journée, elles ont le mérite de ne pas demander trop d’efforts écrits aux élèves. Il existe aussi des leçons numériques Jocatop en EMC qui sont l’occasion d’échanges très riches à l’oral.

THE méthode de Sylvie Hanot et Christine Hanot

En anglais, j’ai adopté cette année THE méthode de Sylvie et Christine Hanot et je ne le regrette pas ! C’est une méthode plus simple et plus motivante encore que Ghostie : mes élèves ont adoré les chants proposés, nous les répétions très régulièrement, dès que nous en avions le temps. Les séances sont faciles à mettre en place et THE méthode est très souple. Elle permet de partager de bons moments avec nos élèves : je valide à 100% !

My teacher is six, sur le site Pony Tail

Depuis le confinement, nous savons tous que le numérique fera dorénavant partie de nos outils pour enseigner. Le nouveau site Pony Tail ouvre ses portes le 11 mai, jour de la reprise. Si vous avez pu tester ses vidéos, jeux, devinettes et chansons offertes depuis deux mois, vous avez probablement apprécié comme moi la diversité et la qualité de ces ressources enregistrées avec des natifs. J’adore les écouter, je retrouve le plaisir de prononcer cette langue en les imitant. Un vrai bonheur que vous pourrez dorénavant partager avec vos élèves !

Pour les CP, j’aime particulièrement la série My teacher is six. Deux vidéos sont déjà disponibles sur Pony Tail : Numbers et Colors. Je vous invite à vous renseigner sur l’abonnement : il y a une offre jusqu’au 31 mai !

Des nouveautés en arts plastiques

En arts plastiques, mes projets peuvent s’inspirer tout au long de l’année du travail littéraire, des fêtes du calendrier, ou de manuels dans lesquels j’aime piocher de nombreuses idées. Cette année, je me suis inspirée de l’ouvrage Les arts plastiques à l’école élémentaire, chez Nathan, à plusieurs reprises et notamment pour un projet sur Paul Klee. L’année prochaine, j’aimerais me procurer le nouveau manuel qui paraîtra en juillet chez Retz, Tout l’art du monde, Cycle 2.

Cet ouvrage comprend 15 projets d’arts plastiques associant la pratique artistique, la découverte d’œuvres et le langage oral, et s’organise autour de 5 grands thèmes  :

  • S’exprimer à travers gestes, graphismes et écriture ;
  • Abstraction/représentation ;
  • Mettre le corps à l’œuvre ;
  • Donner du sens au portrait ;
  • Oser regarder le banal : objets et paysages.

J’ai fait avec vous le tour de mes envies en espérant les concrétiser dès septembre. J’espère que cet article vous aidera à vous projeter vous aussi vers un nouveau CP plein de projets et vous donnera l’envie de regarder au-delà de cette période difficile.

N’hésitez pas à partager en commentaire vos projets, vos idées, vos conseils et réflexions pour vos prochaines commandes !

Que la force soit avec vous !

Les manuels et ressources 2020-2021
Étiqueté avec :                                

39 avis sur « Les manuels et ressources 2020-2021 »

  • 9 mai 2020 à 10:37
    Permalien

    Bonjour,
    Je ne sais pas si tu as vu ce que j’avais expliqué sur les noums : ça fait 2 ans que je teste les noums : l’an dernier en cp pur et cette année en cp CE1.
    L’an dernier j’avais 28 cp et 9 tablettes et c’était très bien. Tu peux faire 3 groupes, l’un sur tablette, le 2eme en lecture avec toi et le 3eme sur fiches en entraînement…

    Répondre
    • 10 mai 2020 à 21:15
      Permalien

      Bonjour Chat Noir,
      Que pensez-vous de Maths Singapour, très à la mode?
      Merci !

      Répondre
      • 11 mai 2020 à 20:31
        Permalien

        Bonjour,
        Loin d’être une spécialiste de cette méthode, j’ai failli craquer pour Les maths avec Léonie chez Bordas, l’an dernier. Ce qui m’a finalement détournée de ce fichier : les leçons étaient intégrées au fichier et prenaient beaucoup d’espace, il n’y avait pas assez d’exercices en autonomie et pas assez de calcul selon moi.
        Dans le fichier Picbille, j’apprécie que chaque jour, il y ait un réinvestissement des notions déjà vues et beaucoup de travail en autonomie.
        Mais la méthode de Singapour est présentée différemment chez d’autres éditeurs, je ne l’ai pas étudiée sous toutes ses coutures !

        Répondre
      • 22 mai 2020 à 12:22
        Permalien

        Bonjour
        Je l’ai utilisé cette année et je ne le reprendrai pas. Aucune autonomie pour les enfants, et dans le livrets 2 les notions sont abordées beaucoup trop rapidement.

        Répondre
  • 9 mai 2020 à 10:50
    Permalien

    J’utilise l’application les NOUMS depuis 2 ans en GS en complément de vers les maths d’ACCES . Les enfants adhèrent et ils font 20 mn d’ateliers sur tablette sans problème . Ils avancent à leur rythme . Je ne me suis pas proposé pour essayer avec les CP car je n’ai pas assez de tablettes .
    En maths , donc je fais MHM depuis 2 ans . Avec ma collègue , nous avons rencontré Mr Pinel pendant le stage et il y avait avec nous des collègues qui l’avaient testé depuis 2 ans . Nous avons beaucoup échangé . Les enfants adhèrent en maths , il y a beaucoup de manipulation . Le fait d’amorcer une notion et de revenir dessus plus tard , déroute au début mais ça laisse le temps aux enfants de « décanter « . En calcul mental , ils ont beaucoup progressé , ma collègue de CE1 me l’a fait remarqué . Les propositions de travail de groupe peuvent être adaptés , c’est ce que j’ai fait cette année car je n’arrivais pas à gérer les demandes des 4 groupes . Comme dans toute méthode, il faut l’adapter pour se sentir à l’aise . La première année, j’ai vraiment suivi , cette année je me suis préparée des diaporamas pour rendre la séance plus dynamique , rythmée et les enfants sont tout de suite dedans.
    Pour la lecture : J’ai encore gardé le Pilotis 2013 cette année et je passe au pilotis 2019 en septembre .
    J’aime bien lire tes articles sur les nouveautés . Merci

    Répondre
  • 9 mai 2020 à 11:02
    Permalien

    Bonjour chat noir,
    très contente de la publication de cet article que j’apprécie de lire et relire chaque fin d’année… Effectivement, il n’y a jamais eu autant de nouveautés concernant les méthodes de lecture.
    Concernant la lecture, je viens découvrir METALO ces jours-ci et j’avoue que j’adhère grandement. La façon d’aborder l’encodage et la production d’écrits me plait beaucoup. Du coup, je suis à nouveau en balance…j’aime beaucoup ce que propose Pilotis ( et je me sers souvent de toutes tes propositions de complément). J’avis choisi de basculer sur tout pilotis l’an prochain notamment pour sa partie, vocabulaire, le travail sur les sons, la lecture compréhension…et là, j’avoue que l’approche de METALO me fait de l’oeil. Connais-tu? As-tu jeté un oeil? J’apprécierai pouvoir échanger nos points de vue sur cette approche…

    Répondre
    • 9 mai 2020 à 16:07
      Permalien

      Bonjour Cricri,
      Je suis allée feuilleter le manuel Métalo sur le site. Dis-moi, que lui trouves-tu de particulier à cette méthode ?

      Répondre
      • 9 mai 2020 à 20:33
        Permalien

        J’ai participé au webinaire de présentation de la partie encodage et écriture hier matin. J’adhère à cette approche. La méthode s’appuie sur les recherches de l’ifé (Roland Goigoux), sur Ouzoulias concernant les écrits courts normés. Ils font beaucoup écrire les élèves. Une grande part est consacrée chaque jour à l’encodage/ production d’écrits. Dès le début, ils font écrire avec la bonne orthographe pour chaque mot (pas d’écriture essayée). Le lexiclic a l’air d’être un bon outil….

        Répondre
        • 10 mai 2020 à 08:21
          Permalien

          Je viens de regarder une vidéo sur l’appli Lexiclic. Cela fait vraiment penser à Eurêka, un répertoire orthographique dans lequel les élèves cherchent l’orthographe des mots à l’aide des sons qu’ils entendent (à départ phonologique donc). Caracolus en parlait déjà ici en 2017 : http://www.caracolus.fr/ecrire-sans-erreur-au-ce1-le-rallye-eureka/
          Il faut donc être équipé en classe d’au moins une tablette pour deux pour utiliser cette appli.
          Ensuite, j’ai feuilleté Métalo en ligne et j’aime beaucoup ce manuel : lectures offertes par l’adulte en périodes 1 et 2 (selon les recommandations ministérielles), le vocabulaire est illustré (les illustrations des mots viennent du site art4apps), les mots à déchiffrer classés par syllabes… Les supports sont variés et motivants (fiction, documents, jeux…), en lien avec la vie de l’élève, les saisons…
          Les moins, à première vue : il n’y a pas d’aides particulières pour mémoriser les CGP et je trouve la quantité de texte à lire un peu trop élevée pour des lecteurs débutants en période 3.
          En ce qui me concerne, je suis très satisfaite de Pilotis 2019 et je n’ai pas l’intention de changer cette année. Je serais davantage attirée par le manuel Lire, dire, écrire avec Ludo si je changeais. Je trouve qu’avec Pilotis, on travaille quotidiennement en orthographe (encodage) et production d’écrits en lien avec les albums lus. Pas d’écriture inventée non plus : le lexique est toujours proposé sur la page de gauche.

          Répondre
          • 10 mai 2020 à 09:56
            Permalien

            Je suis d’accord avec ton analyse. Effectivement, on travaille la production d’écrits avec les albums ( avec Pilotis)…Cette année, j’ai fait le choix de faire quasiment tout ce qui est proposé avec les albums et effectivement c’est très riche. J’ai du mal à tout caser chaque jour. Je décloisonne avec les GS 3 après-midi sur les 4 et du coup, j’ai du mal à tout caser quotidiennement. Je n’ai pas encore approfondi ce qui est proposé dans la partie lecture avec Metalo…Je me suis emballée car très séduite par la proposition concernant l’encodage.
            Concernant Pilotis, cette année, au fur et à mesure des semaines, je me suis de plus en plus appuyée sur le guide du maitre et je trouve les propositions très riches. J’ai apprécié le changement de programmation dans l’étude du code. Je trouve que les séances d’étude de la langue sont très bien. En vocabulaire, c’est très riche…
            Merci pour cet échange…c’est toujours plus facile de faire cheminer sa pensée grâce aux échanges. Ta réponse me permet de remettre en lumière ce qui m’avait fait décider en cours d’année de basculer sur tout pilotis l’an prochain…La partie encodage de Metalo (périodes 1 et 2) m’avait tapé dans l’oeil et mis le doute. Avec pilotis, on a une vraie partie lecture compréhension/production d’écrits avec les albums…
            Encore merci!

          • 10 mai 2020 à 09:57
            Permalien

            3 après-midis

          • 10 mai 2020 à 10:19
            Permalien

            Effectivement, ce genre d’article sur les nouveautés occasionnent des échanges très intéressants. D’ailleurs, je te remercie de m’avoir fait découvrir Métalo : je ne fouine pas toujours au bon endroit ! 😉
            Concernant l’organisation avec Pilotis, je n’ai pas de peine à imaginer que la partie lecture-compréhension doit être plus difficile à mettre en place si tu décloisonnes avec des GS trois après-midis sur quatre ! C’est peut-être une discussion à avoir en équipe sur les priorités en CP ?
            Je commence très bientôt l’étude de Tobi a disparu et je suis enthousiaste à l’idée de découvrir cette BD/enquête ! En fin d’année, j’aime beaucoup avoir à ma disposition des outils tout prêts qui me permettent de mettre l’accent sur la lecture-compréhension.
            Je te laisse faire ton choix, bon courage pour la reprise si comme moi tu vas à l’école demain !…

  • 9 mai 2020 à 13:29
    Permalien

    Merci beaucoup Chat Noir pour cet article !!!!

    En effet, je conseille à tous The Méthode en anglais c’est le top en CP et en CE1 !!!

    En maths, j’ai pris les cahiers bout de gomme car pour moi les fichiers c’est fini !

    Répondre
  • 10 mai 2020 à 02:28
    Permalien

    Merci pour ton blog et tes analyses. Mon fils de 5 ans (HPI) a été prêt pour la lecture très tôt. Après avoir testé plusieurs méthodes, Il a adoré Pilotis. Tes partages m’ont été d’une grande d’aide. Je suis enseignante (Guadeloupe) depuis de nombreuses années en cycle 3 et cette année je songe sérieusement à prendre un CP. Je suis un peu lassée par MHM et je n’ai pas aimé PICBILLE mais les NOUMS me tente vraiment, en espérant que les commandes seront prêtes pour la prochaine rentrée qui pour moi sera en septembre. Merci encore pour la pépite!

    Répondre
  • 10 mai 2020 à 11:34
    Permalien

    Bonjour Chat Noir,
    Merci pour cet article et bon courage aussi pour la reprise.
    Tu ne parles pas du tout de Cap Maths… Quel regard as-tu dessus ?
    Merci pour ton avis d’experte.

    Répondre
    • 10 mai 2020 à 20:09
      Permalien

      Je ne connais pas suffisamment Cap Maths pour en parler.

      Répondre
  • 24 mai 2020 à 13:39
    Permalien

    Coucou Chat Noir
    Utilises-tu un Ent type toute mon année ou Klassroom ? J’aimerais avoir ton avis .
    Merci Chat Noir

    Répondre
    • 24 mai 2020 à 14:04
      Permalien

      Bonjour Sandra !
      Pour chaque leçon de code et de lecture-compréhension en distanciel, je fais des vidéos : j’ai essayé de les télécharger sur Klassroom, mais elles étaient de mauvaise qualité. Pendant le confinement, j’ai préféré ouvrir un dossier de partage sur le drive.
      Pour échanger avec les parents, en période normale, Klassroom peut être pratique et convivial mais pour l’école à la maison, je suis moins convaincue.
      Et toi, quelle a été ton expérience à ce sujet ?

      Répondre
  • 26 mai 2020 à 05:23
    Permalien

    Merci Chat Noir.
    Cela fait plusieurs années que j’utilise toutemonannee mais au moment du confinement beaucoup de parents qui ont juste un téléphone n’arrivait pas à se connecter (cela dépend du téléphone) et une collègue qui utilise Klassroom n’a pas eu ce genre de problème.
    J’aime bien utilisé un Ent pour y mettre des photos des sorties ou projets ou communiquer avec les familles. Aussi, j’hésite pour l’année prochaine à changer pour Klassroom…

    Répondre
  • 27 mai 2020 à 22:38
    Permalien

    Bonjour Chat noir

    Découvert pilotis grâce à ton blog ,cette année la dernière version dans laquelle j’ai moi aussi beaucoup apprécié la progression (très efficace )
    The Methode m’a convaincue également cette année où je faisais anglais à mes CP et aussi aux GS de l’école Cette méthode permet vraiment de beaux moments avec nos loulous Je me suis équipée de The Methode 2 pour varier les supports mais aussi car j’aurai des cp ce1 donc des élèves ayant déjà pratiqué le premier .Je verrai si elle m’enchante autant que la première !
    Merci pour touts tes partages toujours très riches et motivants
    Bon courage pour finir cette année particulière en présentiel et distanciel ….

    Répondre
  • 29 mai 2020 à 20:11
    Permalien

    Bonjour chat noir,
    ton article est très intéressant. Cette année, nous cherchons une nouvelle méthode de lecture avec mes collègues. Nous avons trouvé que, dans Pilotis, l’étude des sons complexes arrivait tardivement. De plus tous les sons complexes sont abordés coup sur coup. Qu’en penses -tu dans ta pratique de classe?

    Répondre
    • 29 mai 2020 à 20:28
      Permalien

      Bonjour Lucie,
      Je n’ai eu aucun problème avec cette progression cette année. J’ai apprécié de travailler tous les graphèmes simples jusqu’à Noël. En janvier, mes élèves savaient donc déchiffrer des mots simples et avaient l’esprit disponible pour mémoriser les graphèmes complexes. Mais déjà, avec la lecture de l’album documentaire Le renard, les plus avancés avaient déjà acquis des graphèmes complexes en période 2.

      Répondre
  • 2 juin 2020 à 21:40
    Permalien

    Bonjour Chat Noir,
    Je suis en pleine réflexion concernant la méthode de lecture pour mes futurs CP. J’avoue beaucoup hésiter entre Pilotis et Calimots de RETZ.
    Connais-tu cette méthode ? Merci.

    Répondre
    • 3 juin 2020 à 07:12
      Permalien

      Bonjour, j’ai dû la feuilleter mais elle ne m’a pas laissé un souvenir impérissable ! J’ai tendance à m’intéresser aux manuels qui ont quelque chose d’original, comme Dire, lire, écrire avec Ludo et son fameux personnage, Lecture Piano et son piano des sons, ou encore Pilotis avec ses maisons des mots et les gestes Borel-Maisonny.
      Qu’est-ce qui te plaît dans Calimots que les autres manuels n’ont pas ?

      Répondre
      • 3 juin 2020 à 18:02
        Permalien

        Merci pour ta réponse Chat Noir.
        J’ai travaillé pendant 4 ans Pilotis (ancienne version) mais uniquement avec le manuel d’apprentissage du code et en parallèle je choisissais des albums pour travailler la compréhension et coller à mon projet de classe. C’est passionnant mais cela demande également beaucoup de travail et un lourd investissement financier si l’on veut que chaque élève ait son livre. Je viens de découvrir les nouveaux albums de pilotis et j’avoue être un peu déçue : trop peu d’écrits à mon avis.
        Au départ, j’ai « choisi » Pilotis car ma collègue avait cette méthode et donc il nous semblait souhaitable que tous les CP aient la même. D’ailleurs est-ce forcément nécessaire ? C’est une question que nous nous posons en ce moment. Ma collègue souhaite poursuivre avec le nouveau Pilotis pour la partie code uniquement.
        Je n’ai jamais vraiment adhéré aux gestes Borel-Maisonny. J’ai trouvé aussi que la manipulation des images est très chronophage surtout en cours double.
        Ce qui me plaît à priori dans la méthode Calimots, c’est la sobriété de sa mise en page avec très peu d’illustrations. J’ai constaté que trop de dessins détournent l’attention des élèves.
        Le livre du maître est très bien fait avec une version enrichie de vidéos, de textes enregistrés…
        Je suis en pleine réflexion et mon choix n’est donc arrêté pour le moment.
        Bon courage pour ce mois de juin si particulier.

        Répondre
        • 4 juin 2020 à 07:47
          Permalien

          Si tu n’adhères pas aux gestes Borel-Maisonny, Pilotis n’est peut-être pas le manuel qu’il te faut. Les enfants doivent sentir qu’on est à l’aise avec une méthode. Sur la question des illustrations, la maison des mots me semble indispensable et notamment pour tous les élèves allophones ou ayant un lexique pauvre. La page de droite, par contre, n’est illustrée que pour les exercices de phonologie. Là encore, je trouve Pilotis plus complet que la plupart des manuels, car les exercices de phonologie sont encore indispensables en CP.
          Quant au fichier de compréhension, basé sur la compréhension explicite des textes, sur le langage oral et la production d’écrit, il propose selon moi suffisamment d’écrits pour le CP, d’autant que les élèves écrivent déjà beaucoup par ailleurs.
          Le choix d’un manuel est très personnel, je te laisse voir. Bon courage pour ce mois de juin.

          Répondre
        • 11 août 2020 à 14:46
          Permalien

          Bonjour Valérie,
          Avez-vous fait votre choix de manuel de lecture en CP pour la rentrée? Cela m’intéresse!
          Merci.

          Répondre
  • 5 juin 2020 à 10:11
    Permalien

    Bonjour mon Chat noir préféré!

    Tout d’abord je tiens à te remercier pour toutes les ressources de très grande qualité que tu nous offres depuis des années! Merci d’être une source d’inspiration et de reflexions!
    Avec ma collégue nous travaillons avec l’ancienne édition de Pilotis. Nous songeons à passer à la nouvelle mais, comme beaucoup de monde, le budget est limité…Et j’ai donc une question: penses-tu qu’il est possible de travailler sur les manuels de la nouvelle édition tout en gardant la boite des images (pour les maisons de sons) de l’ancienne édition (sachant que nous serons 3 classes de CP l’année prochaine, nous manquons de manuels mais nous n’aurons pas assez de budget pour acheter les nouvelles images)? Si oui, sais-tu s’il y a une correspondance « nouvelles maisons des sons » / »images de l’ancienne edition » ?
    Encore un grand merci pour tout

    Répondre
    • 5 juin 2020 à 12:43
      Permalien

      Merci de suivre mon blog !
      Une visiteuse a partagé avec moi le tableau des correspondances entre les images des deux coffrets mais je ne peux pas le publier ici. Par contre, on peut m’écrire avec une adresse mail professionnelle pour l’obtenir… Bonne fin d’année à toi !

      Répondre
  • 17 juin 2020 à 09:37
    Permalien

    Bonjour Chat Noir,
    Merci beaucoup pour ton partage très précieux.
    Je voulais savoir si tu utilises les fiches photocopiables picbille ? Et si selon toi il est préférable de les acheter avec la méthode ?
    Merci par avance et bon courage pour les dernières semaines !

    Répondre
  • 17 juin 2020 à 15:14
    Permalien

    Bonjour,
    Merci pour cet article !

    J’utilise Picbille depuis de nombreuses années et j’adhère totalement aux idées de Rémi Brissiaud que j’ai eu la chance de voir en conférence !

    Je suis tentée par les Noums mais je n’ai pas de tablettes… Du coup, h’hésite… Qu’en penses-tu ?

    Répondre
  • 18 juin 2020 à 15:53
    Permalien

    Merci encore pour cet article qui permet d’y voir plus clair.

    Répondre
  • 19 juin 2020 à 16:09
    Permalien

    Bonjour,
    Bravo pour votre travail c’est super.
    J’ai une classe de GS/CP, je suis arrivée cette année sur l’école, il y a avait l’ancienne méthode de Léo Léa donc c’est celle que j’ai utilisé. Mais pour l’an prochain j’hésite avec la nouvelle version de Léo Léa et lire, dire, écrire avec Ludo.
    Je n’ai pas de recule sur le CP car c’est la première fois que j’ai ce niveau, en plus avec des GS ce n’est pas toujours facile. Laquelle des deux méthodes me conseillerez-vous?
    Merci.

    Répondre
    • 19 juin 2020 à 16:25
      Permalien

      Bonjour,
      Je vous suggère d’aller poser la question aux auteurs de ces manuels qui les connaissent parfaitement, par exemple Sanleane pour Lire, dire, écrire avec Ludo.
      Personnellement, je les aime beaucoup tous les deux. A vous de voir quels personnages vous plaisent le mieux car ce sont deux méthodes syllabiques, l’approche pédagogique est similaire.

      Répondre
  • 15 septembre 2020 à 12:49
    Permalien

    Bonjour,

    J’utilise Pilotis depuis sa publication, et j’ai commandé la nouvelle édition cette année sans hésiter (mais sans avoir reçu le spécimen). J’en suis plutôt déçue pour le moment, et je m’interroge sur certains choix pédagogiques.
    Pourquoi les mots en écriture cursive et de très petite taille dès les premières maisons des sons? L’écriture en capitale permettait la révision des lettres en faisant épeler quelques mots.
    De plus la programmation m’inquiète pour la suite. J’appréciais dans l’ancienne édition l’alternance de sons simples et de sons complexes à partir de la période 3. Maintenant on enchaîne tous les sons complexes les uns après les autres. (C’est pour cette raison que j’avais laissé Taoki). Les élèves les plus fragiles vont s’emmêler dans tout ça.
    J’utilise des ressources remarquables sur votre site depuis des années, et je serai intéressée de partager votre point de vue, et celui d’autres utilisateurs sur ce sujet.

    Répondre
    • 15 septembre 2020 à 18:03
      Permalien

      Bonjour Sophie,
      Quel dommage d’avoir commandé la nouvelle édition sans l’avoir vraiment consultée auparavant !
      De mon côté, j’ai une année de recul par rapport à cette édition et l’année dernière, elle a très bien fonctionné avec mes élèves, même pendant le confinement. Donc, j’ai rempilé sans hésitation !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

shares